vendredi 11 décembre 2015

Billet d'humeur -

8 décembre, Couzon n’est pas à la fête. La faute à qui ?


Anne-Sophie a parfois la dent dure, c’est vrai. Pourtant son descriptif du 8 décembre de l’organisation à la réalisation est plutôt juste…

Associations couzonnaises, Oyé Oyé !

Vous avez déjà toutes déjà dû lire l’excellent article de mon camarade Michel (si ce n’est pas encore fait, rattrape toi vite en cliquant ici), qui fait un constat plutôt amer de ce 8 décembre couzonnais.

Cette année encore j’y ai participé, de l’intérieur. L’année dernière c’était en tant que représentante de Vivre Couzon, cette année c’était pour représenter Danse[s] et Compagnie. Pour ma part je serais beaucoup plus radicale que Michel : les asso à Couzon on s’en fout. Si ce n’est pas le cas c’est pourtant bien l’impression que ça donne.

L’année dernière au moins nous avions eu un semblant de réunion, bon ok à la base c’était une réunion pour nous parler de la charte (oui la fameuse qui avait au moins 6 mois de retard) et l’adjoint avait fait d’une pierre deux coups en parlant un peu de l’organisation du 8 décembre dans les 5 dernières minutes. Cette année c’est le néant. Pas de réunion. Certes chaque année c’est la même chose alors pourquoi s’enquiquiner la vie à montrer aux associations qu’on prend un peu de son temps pour elles, mieux vaut faire un mail 15 jours avant donnant 72 heures de délais pour envoyer leur liste de courses et hop c’est réglé ! De toute façon, association, tu n’as que te plier aux ordres et c’est tout. Après tout tu n’es constituée que de bénévoles qui n’ont aucune vie à côté et qui n’ont que ça à faire d’être à disposition de l’adjoint. C’est bien connu.

Et puis association veux-tu que je te dise comment la suite est « organisée », je le vois tu es impatiente de savoir, tu frétilles. Une fois notre liste de courses envoyée dans les 72 heures imparties, nouveau mail de l’assistante de l’adjoint (faudrait pas qu’il nous écrive lui-même, on ne sait jamais des fois que ça lui fasse perdre 2 minutes, il ne survivrait pas), qui nous informe que les denrées seront distribuées moins de 48 heures après entre 10h et midi, autant dire qu’il faut être sacrément flexible en terme de disponibilité. Si tu as de la chance ton panier sera complet et non périmé (mais faut avoir du bol, c’est ballot moi je n’en ai pas eu), sinon et bien il faudra que tu attendes le jour de l’évènement, 4 heures avant ta mise en place, pour avoir tout ce qu’il te manque (et encore pas tout à fait, là aussi tu as intérêt à être plutôt rapide pour tes préparatifs).

Maintenant parlons de la partie que les couzonnais voient, la soirée en elle-même. Comme l’a fait remarquer Michel dans son article (que tu peux toujours lire en cliquant ici) il y avait beaucoup de soupes, trop de soupes, j’en avais fait une aussi (super bonne évidemment), pas de marron, en tout cas pas les traditionnels de la municipalité, ne râle pas association grâce à l’adjoint tu ne t’es pas brûlée les doigts et d’ailleurs lui non plus, ni les doigts ni le reste, et c’est pas l’effort non plus qui a dû lui donner un coup de chaleur. C’est sûr qu’avec une réunion préalable, peut-être que les associations présentes auraient pu s’accorder un peu plus sur les produits proposés. Ce n’est pas comme si on était 50 à participer loin de là, à peine une dizaine ! D’ailleurs, association, tu as pu remarquer que cette année que le mot à retenir pour décrire notre 8 décembre, c’est VIDE ! Rue Pierre Dupont : personne. Place des Troubadours : personne (regarde j’ai fait une photo). Dans le centre quelques associations, 5 ou 6 de mémoire. Si la danse ne s’était pas installée vers l’Eglise, en haut il n’y avait rien. Mais bon avec un mail d’organisation 15 jours avant l’évènement, comment te dire…faut pas s’étonner !

La place vide des Troubadours

La Place des Troubadours mardi 8 décembre 2015

Alors évidemment c’est difficile de trouver des personnes motivées pour animer des évènements chaque année, mais la réalité c’est surtout que si personne ne leur montre un peu de considération, un peu d’intérêt en organisant et en planifiant les choses correctement comment voulez-vous qu’elles aient envie de venir ? L’envie ça ne vient pas comme ça, en attendant que les choses se fassent d’elles-mêmes. L’envie se suscite et s’attise. Quand le simple fait d’envoyer un mail à l’adjoint en charge des associations, mail auquel si on a la chance d’obtenir une réponse ce n’est même pas par lui, et bien à force on écrit le moins possible, et puis petit à petit on s’intéresse de moins en moins à la vie du village car la moindre chose est devenue tellement compliquée à mettre en place alors on se contente de se concentrer sur la survie de son association (qui n’est pas une mince à faire d’ailleurs).  Cette année, vraiment, je pense que surtout l’envie n’était pas là. Et toi association de quoi avais-tu envie ?

A propos de l'auteur de cet article

Anne-Sophie Gautier

Anne-Sophie est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon dont elle est actuellement la trésorière. Elle est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.