Cantines scolaires : une pétition intercommunale est lancée

Crédit illustration : "La Cantoche" de Nob, éditions Bayard-Milan.De Curis à Couzon en passant par Saint-Germain et Albigny, des parents veulent réfléchir avec les élus afin d’améliorer encore la restauration scolaire.

Après des années de procédure, les enfants couzonnais ont accueilli leur nouveau restaurant scolaire comme un événement. Ils déjeunent désormais dans une ambiance apaisée, et le service au plateau leur donne enfin la possibilité de limiter le gaspillage.

Cependant, de Curis à Couzon en passant par Saint-Germain et Albigny, des parents échangent actuellement autour de la manière d’améliorer encore la restauration scolaire.

Augmenter la proportion de produits issus de l’agriculture biologique et locale, proposer des repas sans viande, réduire le gaspillage, améliorer la qualité, le goût, l’origine… Ils manifestent leur souhait de réfléchir avec les élus pour faire évoluer les choses.

Les élus en question ne semblent pas réticents à l’idée. Dans le discours des vœux, samedi 12 janvier, le maire de Couzon a ainsi annoncé :

 » des premières réflexions sur la pertinence d’une cuisine centrale pour nos écoles qui permettrait de faire travailler les producteurs locaux, tout en développant la nourriture bio pour nos enfants. »

Le fait est que depuis maintenant 2 ans, des rencontres régulières ont lieu entre des élus municipaux du Val de Saône, des membres de l’AMAP de Couzon et d’autres associations concernées, à l’initiative entre autres de Muriel Jacq-Semat (Curis), Christiane Michal (élue Couzon) et Chantal Brun (Amap Couzon).

Occasions manquées

Ces réunions ont débouché d’abord sur un cahier des charges qui pourra imposer aux prestataires des repas au minimum 50% de bio à brève échéance dans chaque commune. Curis est d’ores et déjà à 45%, alors que Couzon vient de renouveler son contrat sans évolution pour l’instant sur ce sujet. Actuellement en liaison froide, aucun prestataire ne peut répondre favorablement sous cette formule à une demande de 50 % de bio.

Le projet évolue aujourd’hui vers cette idée d’une cuisine centrale commune, après une initiative ratée avec la maison de retraite d’Albigny qui est passée dans le giron de la restauration des hospices civils de la ville de Lyon.

La pétition

Afin d’appuyer cette démarche, et de montrer leur mobilisation, le groupe de parents a décidé de publier une pétition qui peut être signée en suivant ce lien. Non pas une pétition de protestation, mais une pétition de soutien à une volonté d’élus. Voici leur profession de foi :

« Un constat semble largement partagé dans les Monts d’Or et le Val de Saône : la qualité et le goût de ce que nos enfants retrouvent quotidiennement dans leurs assiettes pourraient être grandement améliorés !

Les élus de nos villages sont de plus en plus sensibles à ce problème, et c’est déjà une très bonne nouvelle en soi. Mais nous devons leur montrer que ce sujet est le sujet de tous et que les citoyens se mobilisent pour que des solutions soient mises en place rapidement afin de nourrir au mieux les milliers d’enfants des Monts d’Or et du Val de Saône !

D’autant plus que notre région regorge de producteurs bio. En les soutenant, nous contribuons au développement de l’agriculture et de l’économie locales!

Mobilisons nous afin de montrer à nos élus actuels et futurs (les élections municipales approchent à grand pas) que de très nombreux parents électeurs attendent des actions fortes sur ce sujet. »

SIGNER LA PÉTITION

Crédit illustration : « La Cantoche » de Nob, éditions Bayard-Milan.

A propos de l'auteur de cet article

Nicolas Gauthy
est l'auteur de 61 articles sur VivreCouzon.org

Nicolas est l'un des membres fondateurs de Vivre Couzon dont il est actuellement Président. Il est également l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org