Chemins du Mont d’Or : une pétition mobilise plus de 10 000 soutiens

Sujet passé relativement inaperçu au conseil municipal du 16 février 2017, la question des chemins de randonnée mobilise plus de 10 000 personnes en moins d’une semaine, à l’échelle du Mont d’Or, dans le cadre d’une pétition électronique.

Depuis peu en effet, les itinéraires de randonnée du massif sont intégrés au PDMIR (plan départemental et métropolitain des itinéraires de randonnée), sous la houlette de la Métropole, et en lien avec le Syndicat Mixte des Monts d’Or.

En question : la limitation supposée de certains usages (promenade à cheval, VTT, manifestations sportives) sur des portions autorisées du réseau actuel, et surtout à terme une diminution supposée des itinéraires autorisés aux piétons.

Le diable est dans les détails

Difficile d’avoir une vision claire dans la mesure où aucun chiffre, ni aucune cartographie des nouveaux itinéraires n’est publiée officiellement, ni sur le site internet du Syndicat Mixte, ni sur le site de la Commune de Couzon, ni sur celui de la Métropole.

Selon les informations en provenance du collectif des usagers des Monts d’Or, à l’origine de la pétition, les itinéraires équestres autorisés seraient réduits à 60 km (dont 20 km en partie goudronnée dans les bourgs de Chasselay et Limonest) et surtout à 150 km pour les portions pédestres contre 350 km aujourd’hui.

L’intégration des sentiers des Monts d’Or au PDMIR (plan départemental et métropolitain des itinéraires de randonnée) devait pourtant apporter un vent de fraîcheur sur le réseau existant avec l’intervention nouvelle de la Métropole : balisage plus adapté et renouvelé, mise en œuvre coordonnée avec d’autres itinéraires de secteurs périphériques (Val de Saône), nouveaux carto-guides… C’était sans compter sur la maladresse de certains représentants locaux, probablement peu au fait de ces questions, et peu sensibles à l’attachement des multiples usagers aux sentiers ancestraux du massif. Aujourd’hui, faute d’avoir suffisamment associé le grand public, de multiples craintes émergent quant à l’avenir d’une partie des sentiers, et une mobilisation citoyenne significative prend forme.

Démocratie locale en panne

Pourtant, chaque commune a eu l’occasion de se prononcer sur ces itinéraires. A Couzon, nous pouvons déplorer dans le compte rendu du conseil municipal du 16 février 2017 l’absence de débat sur ce sujet, alors qu’au moins un conseiller municipal souhaitait aborder la question. Selon ce relevé, la carte proposée n’a pas même été projetée en séance publique.

L’examen de la cartographie couzonnaise (source : collectif des usagers des Monts d’Or) met en évidence le défaut d’un véritable maillage sur la commune (matérialisés en chemins rouge) : à Couzon, l’occasion n’a pas été saisie pour densifier le réseau existant sur des parties d’intérêt, qui risquent par conséquent de tomber progressivement dans l’oubli (envahissement par les broussailles, arasement des murs, arbres en travers, etc).

 

Pire, à Couzon et contrairement aux communes voisines (par exemple, Albigny – source : collectif des usagers des Monts d’Or), une grande majorité de chemins sont colorés en jaune dits « en réserve ». Les craintes actuelles du collectif des usagers des Monts d’Or portent sur le statut futur de ces chemins « en réserve »: seront-ils librement empruntables ? Entretenus ? (nous avions pointé dans un article précédent le défaut d’entretien flagrant de certains de ces sentiers), interdits ? Pour quels usages ?

Concertation en berne

Alors que des réseaux associatifs en lien avec l’environnement ou avec les pratiques sportives sont affaiblis et licencient leur salariés, la concertation avec les représentants officiels des différentes pratiques est rendue sans doute plus difficile, faute d’interlocuteurs représentatifs.

Au vu de la forte mobilisation des signataires de la pétition, ce sujet sensible relance des préoccupations latentes des habitants et des usagers, et devrait interroger sur la manière de procéder :

une information officielle objective est-elle été donnée dans les meilleures conditions (absence de cartographie et des annexes des délibérations sur le site internet de la Commune et du Syndicat Mixte) ?

la concertation est-elle voulue dans les communes et à l’échelle du massif ? Avec quelles parties prenantes ? Les usagers sont-ils réellement représentés ?

– Des méthodes plus modernes de participations du public et des usagers sont-elles envisagées ?

Encore une fois, le manque de transparence sur ces questions publiques et le flou entretenu alimentent toutes les craintes – fondées ou non – et plus largement une défiance grandissante envers nos représentants locaux.

Quelles suites seront données à cette mobilisation? Les communes, la Métropole et le Syndicat Mixte infléchiront-ils leur position, des précisions seront-elles apportées ? Quel avenir pour les sentiers couzonnais?

Mot Clefs de cet article : , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

Avatar
est l'auteur de 20 articles sur VivreCouzon.org

Luc est un passionné du patrimoine des Monts d'Or ou plus exactement du Mont d'Or. Il vient régulièrement partager cette passion avec les lecteurs de VivreCouzon.org. Vous pouvez également retrouver son livre "Mont d'Or Lyonnais, petit et grand patrimoine"