Le Club des 5, c'est ainsi que se sont baptisés les 5 élus au conseil municipal de Couzon issus de la liste "J'aime Couzon".

Alors l'expression reste.

Et, comme ils ne bénéficient pas d'un espace d'expression sur les supports municipaux, nous leur laissons leur juste place ici, sur VivreCouzon.org.

Cet article ainsi que tous ceux de cette rubrique sont donc la tribune libre mise à disposition des élus du "Club des 5" par Vivre Couzon.


Couzon-Au-Mont-d’Or, Mairie UDI : le coming-out de Patrick Véron


Par Benjamin Durand

Dans notre article de janvier 2015 sur la Nouvelle Métropole nous évoquions les conséquences probables du mode de scrutin et de la réduction du nombre de représentants au Grand Lyon issus des communes du Val et Saône et Mont d’or.

J’exprimais ma perplexité quant au devenir du groupe «Synergie-Avenir» qui n’a d’avenir que le nom.

Depuis, la Métropole travaille sur la question des villes nouvelles qui pourrait assez logiquement mener à des regroupements de communes. Rappelons qu’il y a autant de communes en France que dans tout le reste de l’Union européenne et que les échelons régionaux, intercommunaux, les syndicats n’ont jamais fait qu’ajouter des élus et structures administratives au précédente. Les économies sont toujours promises, rarement constatées par le contribuable.

Dans ce contexte de scrutin à la proportionnelle, je maintiens que les listes en mesure d’avoir des élus seront celles des grands partis politiques nationaux.

Et les préférences à Couzon-au-Mont-d’Or dans tout ça ?

Enfonçons le clou encore une fois : à Couzon, les élections municipales de 2014 se sont aussi jouées sur le discours bien rôdé stigmatisant une soi-disant « couleur politique » de la liste « J’aime Couzon » du fait de l’appartenance de la seule tête de liste (moi-même) au Parti socialiste, quand d’autres colistiers avaient des convictions ou engagements de l’autre côté de l’échiquier politique.

On rappelle la suite : un mois après son élection, notre maire vote socialiste pour la présidence du Grand Lyon.

Six mois plus tard, il figure sur la liste UDI de Michel Mercier aux élections sénatoriales mais se défend d’être membre d’un Parti.

Et voici que l’on découvre, au hasard d’une balade sur internet, notre maire en bonne position sur le site de l’UDI du Rhône. Arrivé en toute discrétion. Comme s’il s’agissait d’un non-événement.

Site de l'UDI

Copie d’écran de la page du site de l’UDI

Lien UDI – Fédération de Lyon Métropole

En a-t-il parlé à ses colistiers ? Un tel choix obéit-il à une stratégie et, si oui, à quelle échéance ?
Celle des régionales avec les accords UDI-Les Républicains ? 2016 où s’organiseront les états généraux pour les élections législatives et présidentielles ?

Conclusion

Notre commune figurera-t-elle désormais estampillée d’un « UDI » dans les différents médias ?
Est-il politiquement correct et respectueux de la volonté des électeurs d’adhérer à un parti un an après avoir été élu Maire ? Qui plus est, lorsque l’on a fait de son indépendance des partis politiques un argument de campagne électorale* ?

Toujours est-il que je vous invite à relire ma conclusion du précédent article sur ce sujet : il n’y a pas un univers manichéen constitué de deux mondes politiques, celui des petits élus non-encartés d’un côté, et celui des grands partis de l’autre.

Mais il y a la transparence des choix, le respect des engagements collectifs comme individuels, la droiture d’une trajectoire lisible et compréhensible pour tous.

  • * Les statuts de l’Association Trajectoire Couzon 2020 domiciliée 56, avenue du Général De Gaulle, dont le Président était P. VERON disposaient qu’elle est une association indépendante de tout Parti politique

A propos de l'auteur de cet article

Benjamin est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Il est en outre élu du conseil municipal de Couzon, issu de la liste J'Aime Couzon.

Un commentaire sur “Couzon-Au-Mont-d’Or, Mairie UDI : le coming-out de Patrick Véron

  1. Quelle angélisme ! La politique est faite de coups tordus et/ou de contorsions plus ou moins acrobatiques en fonction de l’évolution des environnements administratifs et politiques du pays, de la régions ou localement…? La belle affaire !
    Je l’avais déjà exprimé sur je ne sais plus quelle page FB ou forum : je ne crois pas en apolitisme… La preuve.
    Et alors ? Alors… Rien…

Couzon-Au-Mont-d’Or, Mairie UDI : le coming-out de Patrick Véron

Par Benjamin Durand

Dans notre article de janvier 2015 sur la Nouvelle Métropole nous évoquions les conséquences probables du mode de scrutin et de la réduction du nombre de représentants au Grand Lyon issus des communes du Val et Saône et Mont d’or.

J’exprimais ma perplexité quant au devenir du groupe «Synergie-Avenir» qui n’a d’avenir que le nom.

Depuis, la Métropole travaille sur la question des villes nouvelles qui pourrait assez logiquement mener à des regroupements de communes. Rappelons qu’il y a autant de communes en France que dans tout le reste de l’Union européenne et que les échelons régionaux, intercommunaux, les syndicats n’ont jamais fait qu’ajouter des élus et structures administratives au précédente. Les économies sont toujours promises, rarement constatées par le contribuable.

Dans ce contexte de scrutin à la proportionnelle, je maintiens que les listes en mesure d’avoir des élus seront celles des grands partis politiques nationaux.

Et les préférences à Couzon-au-Mont-d’Or dans tout ça ?

Enfonçons le clou encore une fois : à Couzon, les élections municipales de 2014 se sont aussi jouées sur le discours bien rôdé stigmatisant une soi-disant « couleur politique » de la liste « J’aime Couzon » du fait de l’appartenance de la seule tête de liste (moi-même) au Parti socialiste, quand d’autres colistiers avaient des convictions ou engagements de l’autre côté de l’échiquier politique.

On rappelle la suite : un mois après son élection, notre maire vote socialiste pour la présidence du Grand Lyon.

Six mois plus tard, il figure sur la liste UDI de Michel Mercier aux élections sénatoriales mais se défend d’être membre d’un Parti.

Et voici que l’on découvre, au hasard d’une balade sur internet, notre maire en bonne position sur le site de l’UDI du Rhône. Arrivé en toute discrétion. Comme s’il s’agissait d’un non-événement.

Site de l'UDI

Copie d’écran de la page du site de l’UDI

Lien UDI – Fédération de Lyon Métropole

En a-t-il parlé à ses colistiers ? Un tel choix obéit-il à une stratégie et, si oui, à quelle échéance ?
Celle des régionales avec les accords UDI-Les Républicains ? 2016 où s’organiseront les états généraux pour les élections législatives et présidentielles ?

Conclusion

Notre commune figurera-t-elle désormais estampillée d’un « UDI » dans les différents médias ?
Est-il politiquement correct et respectueux de la volonté des électeurs d’adhérer à un parti un an après avoir été élu Maire ? Qui plus est, lorsque l’on a fait de son indépendance des partis politiques un argument de campagne électorale* ?

Toujours est-il que je vous invite à relire ma conclusion du précédent article sur ce sujet : il n’y a pas un univers manichéen constitué de deux mondes politiques, celui des petits élus non-encartés d’un côté, et celui des grands partis de l’autre.

Mais il y a la transparence des choix, le respect des engagements collectifs comme individuels, la droiture d’une trajectoire lisible et compréhensible pour tous.

  • * Les statuts de l’Association Trajectoire Couzon 2020 domiciliée 56, avenue du Général De Gaulle, dont le Président était P. VERON disposaient qu’elle est une association indépendante de tout Parti politique
Mot Clefs de cet article : , ,

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 16 articles sur VivreCouzon.org

Benjamin est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Il est en outre élu du conseil municipal de Couzon, issu de la liste J'Aime Couzon.

Un commentaire sur “Couzon-Au-Mont-d’Or, Mairie UDI : le coming-out de Patrick Véron

  1. Quelle angélisme ! La politique est faite de coups tordus et/ou de contorsions plus ou moins acrobatiques en fonction de l’évolution des environnements administratifs et politiques du pays, de la régions ou localement…? La belle affaire !
    Je l’avais déjà exprimé sur je ne sais plus quelle page FB ou forum : je ne crois pas en apolitisme… La preuve.
    Et alors ? Alors… Rien…