Dans l’eau … mais aussi dans le noir ?

Lors de la dernière séance du conseil municipal, le 20/09, a été abordé le projet d’enfouissement des réseaux de la partie nord du CD 51 entre la station GNV et l’entreprise MICHAUD, projet mené par le SIGERLY (syndicat de gestion des énergies de la région lyonnaise) au bénéfice de la commune.

A la remarque d’une élue soulevant les risques d’un tel choix en zone inondable (zone rouge du PPRNI), hilarité générale ! « Les câbles électriques peuvent parfaitement être dans l’eau, ce qui importe c’est l’emplacement des connecteurs ».

Et bien justement, parlons-en…

En 2004, il y a eu une première étape de ce projet dans le secteur de la place de la liberté accompagnant la rénovation de cette dernière.

Représentant à l’époque l’ACSECV (Association Couzonnaise de la Sauvegarde de l’Environnement et du Cadre de vie – disparue depuis), de plus directement concerné en tant que riverain et constatant que les précautions élémentaires-réglementaires à ce sujet n’étaient pas respectées au démarrage des travaux, j’ai interrogé le SIGERLY sur la hauteur des coffrets de raccordements et comptages.

Suite à de nombreux échanges de courriers contre des arguments très « professionnels » du genre : « ces travaux n’étaient pas prévus ou les techniciens doivent accéder de plain-pied aux coffrets ou encore les murs des propriétés ne sont pas assez hauts… », le coffret a été remonté au niveau de la crue de 2001 (168.91NGF), mais quid pour les autres riverains ne s’étant pas manifestés ?

 

Cela dit, le niveau de crue centennale qui fait référence depuis 2003 pour les autorisations de construire se situe dans notre cas à 169.50NGF, soit encore 59cm au-dessus de 2001.

A cette époque, la mairie de Couzon, le vice-président du  Grand Lyon chargé des risques naturels et le préfet du Rhône ont tous été sollicités : Le préfet a signifié au SIGERLY par courrier en date du 13/04/05 que toutes les connexions devaient être situées au-dessus de la crue centennale. Malgré les courriers du maire de l’époque et du préfet, le SIGERLY a maintenu son projet initial.

Si lors de la crue de 2001, le quartier bénéficiait encore de son alimentation électrique par voie  aérienne, ce ne serait plus le cas maintenant car la distribution fonctionnant par secteur, un seul connecteur mal placé implique une coupure générale. Ne parlons donc pas d’une crue supérieure : votre habitation a beau respecter toutes les prescriptions de la zone inondable ou même se situer aux étages d’un collectif, vous n’aurez plus d’électricité et serez donc obligés de quitter les lieux.

 

Moralité – indépendamment du bienfondé discutable d’une telle dépense – ce magnifique projet « d’embellissement » du village à 600.000€ risque bel et bien de se faire au détriment des citoyens.

Alors, au-delà des sarcasmes en réunion, nos élus auront-ils cette fois la détermination (le poids ?) de le mener avec l’assurance de sa bonne exécution, dans le respect des règles de la zone ?

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 14 articles sur VivreCouzon.org

Bertrand est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon dont il est actuellement trésorier-adjoint. Il est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.