mardi 3 mars 2015

Billet d'humeur -

Deux poids, deux mesures.


Au lendemain du dernier Conseil Municipal, le Père Marcel a livré ses impressions, il n’y a pas besoin d’une grande analyse pour voir que le constat est affligeant.

A l’heure où tout le monde déborde de démocratie participative lors des campagnes électorales, une fois l’élection passée et les édiles installés, s’est mise en place à Couzon une gouvernance très partisane.

Nous sommes une équipe de 23 élus, tout le monde n’a pas choisi de siéger ensemble, mais la loi électorale fait que désormais, il y a dans notre village, une majorité et une opposition. Les citoyens s’en réjouissent, le Maire et ses 17 colistiers un peu moins.

A la sortie du dernier conseil, j’ai eu l’impression d’avoir participé à un jeu de dupes.

Ce qui d’habitude se déroule lors de commission générale, a eu lieu cette fois-ci en public, en effet les couzonnais présents ont pu constater que les 23 ne sont pas logés à la même enseigne. Il y a ceux qui ont un accès aux documents, et puis les autres qui doivent demander encore et encore, qui se font balader, que l’on fait attendre des semaines et des mois en attendant qu’en désespoir de cause, ils laissent tomber. Sauf que nous ne sommes pas élus pour nous taire et acquiescer comme 5 toutous dociles à qui l’on donne un os à ronger de temps en temps, en mettant à contribution des compétences que d’un seul coup, il n’est plus si dérangeant que cela qu’elles appartiennent à l’opposition.

Une des deux parties a le pouvoir, les décisions finales et les informations. La non confiance de l’opposition s’appuie sur des faits multiples, je pourrai argumenter longuement. Et notre équipe majoritaire, à partir de quoi se justifie son manque de confiance ? Trop de prises de paroles lors des conseils ? Oser s’intéresser à la vie municipale sans donner un blanc-seing au Maire et à sa majorité ? Poser des questions qui dérangent ? Je m’interroge sur un épisode de ce palpitant conseil, entendre un adjoint lire sa réponse et dire en son nom et en celui du maire, qu’oser demander l’accès à des documents est un manque de confiance et que de toutes façons, ils n’ont pas confiance dans les cinq conseillers d’opposition, fallait-il se taire et ne pas réagir ? Cet épisode est révélateur de la manière dont la majorité envisage la collaboration. Choquant est peut-être trop fort mais en tous les cas très dérangeant.

Si la fraternité n’est pas possible, peut être que la liberté et l’égalité peuvent avoir encore droit de citer.

A propos de l'auteur de cet article

Véronique est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Elle est également élue au conseil municipal de Couzon, issue de la liste J'Aime Couzon. Elle est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.