Et si on empruntait ?

Tribune – Par Michel Muyard

«Sept mois sont déjà passés depuis les dernières élections. Ces premiers sept mois sont une période importante d’un mandat car nos élus ont dû réfléchir aux grandes orientations pour l’avenir de Couzon et les investissements à apporter à la commune.

Logiquement ils ont réfléchi à la probabilité d’ouvrir une nouvelle classe en primaire à la rentrée prochaine donc penser au choix : nouveaux bâtiments ou locaux existants.

Logiquement, ils ont réfléchi à la réfection de la salle des fêtes (Chauffage – Sécurisation du site etc) pour en faire une vraie salle des Fêtes. (Promesse de campagne)

Par la même occasion, logiquement, ils ont réfléchi pour reloger l’association de la Boxe Savate. On ne peut pas continuer à organiser des concerts de piano dans une salle avec un ring et des patères aux murs pour accrocher des sacs de sable. Cette association semble maintenant faire partie à temps plein des associations couzonnaises. Alors autant leur trouver des locaux adaptés.

Logiquement, ils ont réfléchi à la bonne manière d’endiguer les fuites permanentes d’eaux pluviales dans le Dojo.

Logiquement, ils ont réfléchi à la bonne manière pour colmater les fuites récurrentes, toujours d’eaux pluviales, de la Salle d’Animation Rurale.

Logiquement, ils ont réfléchi à la bonne manière de rénover et réparer toutes les dégradations subies dans la Salle d’Animation Rurale pour permettre à leurs occupants (Gymnastique – Badminton – Tennis) de travailler dans de bonnes conditions ; ce qui n’est pas le cas actuellement.

Logiquement, ils ont réfléchi à la bonne manière de trouver ou construire un local afin de ranger le matériel communal. On ne trouvera plus ainsi des tables et chaises dans toutes les salles. A ce sujet, il serait bon aussi de réfléchir sur la qualité des chaises et des tables. Les tables de la S.A.R. datent de la construction de la salle soit une trentaine d’années.

Logiquement, ils ont réfléchi à l’entretien annuel de l’église (Toiture etc. . .)

Logiquement, ils ont réfléchi à la remise aux normes de l’éclairage du stade devenu complétement obsolète.

Logiquement, ils ont réfléchi au serpent de mer couzonnais qu’est le restaurant scolaire et prévoir des locaux adaptés et confortables pour les enfants en attendant qu’on puisse utiliser la ruine actuellement en place.

Logiquement, ils ont dû réfléchir à tous ces points, non seulement réfléchir mais trouver des solutions à tous ces problèmes et mettre en place des dates et des chiffres correspondant. N’oublions pas que certaines de ces demandes ont fait partie des promesses électorales. Un élu doit gérer le quotidien mais aussi penser à long terme. C’est leur mission. Un élu ne doit pas énumérer les problèmes, il doit essayer de les solutionner.

L’une des grandes fiertés de l’ancienne municipalité (Huit élus faisait partie de l’ancienne équipe) fût de dire que la commune n’était pas endettée. Elle n’est pas endettée certes, mais on a vendu un patrimoine communal (Foyer) et nous avons les infrastructures les plus pourries de la région. Une commune doit avoir recours à des emprunts pour financer des investissements indispensable à la commune. La liste non exhaustive citée plus haut prouve que des emprunts seront nécessaire voir obligatoire. Ce n’est pas avec les supposés économies proposées par la municipalité que l’on pourra redonner du clinquant à nos installations.

Un exemple tout récent : Montanay, village de notre niveau en terme de population, va faire un emprunt de 200 000€ pour l’agrandissement de son école maternelle. Taux à 1,76% sur 10 ans à la Caisse d’Epargne. (Voir Progrès du 25 octobre).

Couzon a pris un retard énorme en terme d’infrastructures. Il serait temps de commencer à les combler au risque de voir nos salles (Salle d’Animation en particulier) être récusées par un organisme quelconque comme insalubre ou inapproprié  à la pratique d’activités sportives.

Logiquement, la majorité municipale devrait avoir pensé et déjà mis en place les premières décisions. Les associations concernées n’ont encore rien vu venir de ces décisions. On veut simplement faire signer à ces associations une charte qui ne servira à rien tant que les locaux ne seront pas rénovés, une charte dont on a encore pas lu le texte définitif. On a mis la charrue avant les boeufs.

Le prochain budget sera intéressant pour savoir des décisions importantes seront prises. Ce n’est pas à mi-mandat que les grands investissements se préparent mais maintenant. Espérons que la réflexion a eu lieu. Assez de blabla, mais des actes concernant l’avenir de notre village.»

Michel Muyard

 

 

photo d'illustration : Images of money
Mot Clefs de cet article : , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 66 articles sur VivreCouzon.org

Michel, bien connu à Couzon, est membre fondateur de l'association Vivre Couzon dont il est également membre du conseil d'administration. Il est en outre l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org.