mercredi 20 août 2014

Billet d'humeur -

« Faire et défaire, c’est toujours travailler »


Humeur. Par Michel Muyard

« Faire et défaire, c’est toujours travailler.

Définition de cette maxime : Expression ironique qui s’emploie pour dire à un supérieur hiérarchique ou pour expliquer à quelqu’un qui nous a demandé que quoi que l’on fasse, on a travaillé pour rien. La connotation est assez négative et dénote un certain agacement.

On pourrait rajouter : Faire et défaire c’est aussi beaucoup d’argent qui s’envole ! ! !

Tout cela s’applique parfaitement, cette semaine, à la démolition du trottoir rue de la République. Cet aménagement remontait à moins d’un an.

IMG_0012

Au vu de l’avancement des travaux, on ne démolit pas l’agencement du trottoir, pourtant source de nombreux problèmes, mais le revêtement de celui-ci. Tout l’enrobage a été enlevé et déblayé, on reprend tout à zéro. Pendant que les marteaux-piqueurs sont en action, une réflexion sur l’agencement de ce carrefour n’aurait pas été superflue. Il provoque un étranglement qui génère des difficultés de circulation. Les deux points successifs de circulation alternée génèrent l’inévitable incompréhension des automobilistes non avertis qui ne savent pas où, ni à qui céder le passage, ce qui aboutit à une pagaille permanente dans la rue.

Sans compter les nombreuses voitures ayant endommagé leurs roues sur ce trottoir qui avance sur la chaussée. A l’heure de la rentrée scolaire, le passage rue Pierre-Dupont – rue de la République n’est pas bien sécurisé. La circulation n’était déjà pas facile avant, elle devient carrément difficile, voire dangereuse.

Autre point qui mérite une explication : la communication, maître mot de notre société. On communique sur tout. On sort la couverture du guide des associations (réussie d’ailleurs): on communique ! Le Grand Lyon fait son travail de propreté après les orages: on communique ! ! !

Dans le cas présent, on aurait aussi pu communiquer en disant : on refait le trottoir parce qu’il y a eu une boulette de faite. En plus, dans le cas présent, cette bourde est plutôt due au Grand Lyon qu’à la mairie. Mais non, on cache toujours ce qui pose problème pour mettre en avant le clinquant, souvent le superflu. Cela doit être ça la bonne communication. En ce qui me concerne, ce n’est pas celle que je souhaite recevoir. A voir l’étonnement des couzonnais devant les travaux, beaucoup sont d’abord amusés puis décontenancés et enfin outrés par tant de gabegie.

Faire et Défaire c’est toujours travailler ! ! ! Les entreprises qui officient dans nos rues, elles, ne doivent pas s’en plaindre. »

Michel Muyard

A propos de l'auteur de cet article

Avatar

Michel, bien connu à Couzon, est membre fondateur de l'association Vivre Couzon dont il est également membre du conseil d'administration. Il est en outre l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org.