Fête des lumières : un petit verre pour un grand changement

Constatant que les déchets non recyclables de type vaisselle à usage unique sont encore à ce jour majoritairement présents dans nos fêtes de village, nous avons choisi depuis le 8 décembre 2017 d’insuffler une réflexion citoyenne quant à la nécessité de changer nos habitudes. En effet, quasiment jamais recyclés, ce type de déchets (gobelets, cuillères, assiettes…) sont incinérés, ou mis en décharge.

Dans le premier cas, en brûlant ils dégagent des gaz toxiques. Dans l’autre, ils se dégradent très lentement en relâchant des substances toxiques qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire ou encore ils étouffent les poissons, oiseaux ou tortues.

Les 800 déchets de la fête

Partons d’un simple constat ; traditionnellement à Couzon, une quinzaine d’associations offre le soir du 8 décembre crêpes, vin chaud, soupes, huîtres, tartines, boissons chaudes… les Couzonnais dégustent gratuitement de stand en stand ! Un moment super convivial !

Une ombre à la lumière cependant : les déchets plastiques ou cartons rendus étanches par une substance les rendant non recyclables. Si un Couzonnais déguste 1 soupe, une assiette d’huître, un vin chaud et une crêpe, cela fait 4 éléments jetables non recyclables. Si 200 couzonnais dégustent une soupe, une assiette d’huîtres, un vin chaud et une crêpe … cela fait 800 éléments jetables non recyclables. Maintenant multipliez le au nombre d’événements dans l’année, au nombre de villes et villages concernés…

Une goutte d’eau dans l’océan ?

Ainsi, pour limiter ces déchets non recyclables, depuis l’année dernière, nous proposons, entre autres, aux Couzonnais de venir avec des contenants durables (mug, verre, tasses en inox, éco-cups…dont les éco-cups distribuées gratuitement par la mairie l’an dernier). Ce n’est peut-être pas une solution complètement optimale en termes de confort, d’organisation… Mais chaque petit pas compte : « un voyage de milles lieues commence toujours par un premier pas » (Lao-Tseu).  Notre premier pas c’est : prise de conscience, invitation à ramener des verres non jetables et surtout la proposition d’un début de réflexion commune pour trouver des solutions fonctionnelles rapidement.

Depuis l’homo erectus, il y a plus de 400 000 ans, les hommes se rassemblent autour du feu ! Le plastique artificiel n’est arrivé qu’au XXsiècle. Alors que l’homo sapiens trouve des solutions pour continuer de nous retrouver à la fête des lumières, sans plastique, devrait être largement envisageable !

Plus de plastique en 2020, c’est la loi

Nous pensons intimement qu’il est grand temps de réagir et quand bien même certains feraient partie des citoyens « sceptiques » quant à l’état de notre environnement, de toute façon, la loi (et depuis un décret datant de 2016) nous impose de trouver des solutions d’ici JANVIER 2020 (soit dans un an et 1 mois).  Evidemment, le changement ce n’est pas confortable. On perd ses repères, on ne peut plus être en pilote automatique : un outil pratique qui nous économise de l’énergie ! Maintenant, quand nos pilotes automatiques nous conduisent droit dans le mur… est-ce qu’on n’a pas envie de les débrancher ? Qu’est-ce qui nous coûtera le plus ? L’énergie, l’inconfort de les avoir débranchés en construisant d’autres habitudes, ou l’impact dans le mur ??? Je ne sais pas.

Vraiment pas facile des changer ses habitudes, même quand celles-ci sont néfastes pour nous…cependant, mobilisons-nous, motivons nous, entraidons nous ! Même si le futur est un mystère, au présent nous avons un pouvoir d’action ! Arrêtons la procrastination, choisissons de bouger !

En tous cas, nous pensons que le changement, que nous impose notamment la loi,  sera moins inconfortable, si nous le préparons. Nous pourrons ainsi envisager des solutions au plus près des besoins de chaque association et de chaque type d’évènements (vaisselle classique lavable ou vaisselle biodégradable en compost domestique, éco-cups avec mise en place de consignes … en fonction de la configuration). Cela nous impose de réfléchir un peu plus en amont des évènements, plutôt que de revenir aux mêmes constats chaque année. Chacun peut être force de proposition. C’est pourquoi nous avons invité à une réflexion entre les élus, les associations organisatrices d’évènements et les habitants de Couzon. Nous avons un an pour remplir ce défi !

Enfin, pour illustrer le fait que le changement d’habitudes devient nécessaire si on veut voir un changement écologique, je vous laisse avec une dernière citation que j’aime beaucoup (d’Einstein):

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. »

En vous souhaitant, une belle fête des lumières et en vous invitant à faire votre part !

Christine Jausions-Cheymol, présidente de Couzon Jardine