Aide à domicile : la commune doit-elle réintégrer une association?

Faut-il réintégrer le giron d’AIAD ? Telle était la question qui était proposée à la sagacité de nos conseillers lors du dernier conseil municipal. Pour une fois, ce débat permit aux voix de la majorité et de l’opposition de se confondre au gré des sensibilités de chacun..

aiadD’abord qu’est ce que AIAD (Association Intercommunale d’Aide à Domicile) ? Comme son nom l’indique, elle a pour but de venir en aide aux personnes fragiles et dépendantes. Pour ce service rendu, les municipalités versent une subvention à la dite association.

Un petit historique s’impose maintenant. Créée en 1972, et appelée alors Saône Mont d’Or,  Couzon a participé à la création de cette structure jusqu’à une délibération de 2010. Cette année là, l’ancien conseil municipal décide de retirer la commune pour des dysfonctionnements constatés. Entre temps, la municipalité couzonnaise, avec les autres communes, avait apporté une garantie pour un emprunt contracté par l’association. Pratiquement dans les mêmes temps, Saône Mont d’Or fusionnait avec AIAD dont les bureaux sont basés à Fontaines-sur-Saône. Rappelons que vote de retrait de 2010 implique 9 conseillers actuels dont le maire.

Des Couzonnais ont continué à être pris en charge par AIAD comme si Couzon continuait de verser sa quote-part associative. Cette situation ne pouvait donc plus perdurer.

Alors pourquoi ce revirement ?

Dans son discours de proposition, Monsieur le Maire, un peu tendu pour l’occasion, a mis en avant la solidarité intercommunale ainsi que la volonté des responsable d’AIAD de revenir à l’équilibre financier. Les opposants au retour estiment qu’AIAD cherche justement ce retour à l’équilibre par le biais des subventions. Pour Couzon, celle-ci s’élèverait à 13 034€ sur les 191 800€ de subvention globale.

Monsieur le Maire a exprimé la volonté de revenir au sein d’AIAD sous 5 conditions :
– Retour à l’équilibre financier dès 2016,
– Gouvernance tournante,
– Mise en place d’actions pour développer les offres de service,
– Signature d’une convention d’objectifs,
– Fixation d’un montant plafond de la subvention globale d’intercommunalité.

Comment le vote s’est-il passé ?

Comme je l’ai dit en préambule, fait assez rare, des élus de la majorité et l’opposition se sont retrouvés sur les mêmes idées et ont rassemblé leurs voix. Quatre conseillers ont voté contre, 3 de la majorité et 1 de l’opposition, tandis que 3 autres s’abstenaient pour diverses raisons. La première adjointe a émis des doutes sur la pertinence de financer une seule structure d’aide à domicile alors que les Couzonnais ont aujourd’hui le choix entre plusieurs associations. Elle a exhorté le maire à faire le forcing auprès de ses collègues, afin que l’Intercommunalité devienne plus effective, et partagée par tous.
Toute la commission Sociale et Solidarité, en première ligne sur ce sujet, a voté contre ce rapprochement, ce qui implicitement, peut poser un problème quant à la bonne gestion de notre politique sociale.

Ce retour chez AIAD aura au moins permis un vrai débat entre élus des deux groupes, ce qui malheureusement, n’est pas toujours le cas au sein du conseil municipal. Cela prouve au moins que les débats contradictoires apportent toujours une pierre à l’édifice.

 

 

Enregistrer

Mot Clefs de cet article : , ,

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 66 articles sur VivreCouzon.org

Michel, bien connu à Couzon, est membre fondateur de l'association Vivre Couzon dont il est également membre du conseil d'administration. Il est en outre l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org.