La Poste ferme ! et après …

La mairie a rendu publiques ses solutions pour pérenniser la présence de la poste à Couzon : la création d’une agence postale communale, associée à un accueil de la mairie.

C’est un fait acquis, la poste de Couzon fermera ! Alors que le Maire, Patrick Véron, a annoncé, lors des vœux de 2018, que le « service postal restera présent à Couzon », quelles sont les voies possibles ?

Une assistance clairsemée

C’était l’objet de la réunion publique organisée le 9 mars par la municipalité.

Réunion qui regroupait, dans la salle du conseil de la Mairie, 18 participants : 10 élus de la commune, la correspondante du Progrès et 7 autres Couzonnais.

Avant d’en arriver à l’avenir et ce qui peut être mis en place, rappelons les faits.

Le décor :

Les locaux actuellement occupés par La Poste sont propriété de la Mairie. Il font partie d’un tènement comprenant la salle des fêtes, la salle de tennis de table, la salle d’arts martiaux, une salle d’activités polyvalentes et de salles de réunion.
La surface du rez-de-chaussée occupée par la poste représente environ 80 m2 répartis comme suit : 30 m2 environ ouverts au public avec la partie guichets et environ 50 m2 de bureaux.
Le 1er étage qui était l’ancien logement du receveur fait l’objet d’une convention avec le Diocèse de Lyon.

Les acteurs : la Poste, les élus

La poste est actuellement, depuis le 5 mars, ouverte 2 heures par jour sur 6 jours de 9h30 à 11h30. C’est le minimum que puisse faire La Poste jusqu’au 31 décembre 2019, dans le cadre de son contrat avec l’Etat. La permanence est assurée par un facteur, en complément de sa tournée habituelle, l’ancienne employée ayant été mutée dans un autre bureau de poste. La Poste continue d’assurer tous les services postaux et financiers sur ce temps réduit.

La réunion du 9 mars était animée par le maire, Patrick Véron, et par Jean-François Tanguy, adjoint au maire, au titre de la commission économie et emploi qui suit le dossier de la poste.

Que font les élus ?

Patrick Véron devant la poste fermée

Patrick Véron devant la poste fermée (septembre 2015)

Ils ont commencé par un rapide historique, rappelant que, dès 2015, la municipalité s’était engagée dans la volonté du maintien du service, le maire lançant même une pétition « préventive » à ce sujet (voir ici notre article septembre 2015). Cette pétition recevait alors le soutien de plus de 900 Couzonnais.

Cette pétition a été suivie de contacts réguliers entre la municipalité et la direction de La Poste. « Nous nous rencontrons tous les mois depuis« , précise Jean-François Tanguy.

Au début de l’été 2017, les choses se précisaient et nous publiions alors copie d’un courrier adressé à la Poste (lire ici).  En même temps, la municipalité lançait une nouvelle pétition qui recueillait 1000 signatures.

Bref, il est apparu que quelles que soient les démarches effectuées auprès d’elle, la direction de La Poste avait pris sa décision. Elle était prête à différer la fermeture de quelques mois, mais elle n’y renoncerait pas.

Ce qui fait dire à Philippe Muyard, Conseiller munipal, membre de la commission économie et emploi, que « La Poste s’est comportée avec nous de manière absolument incorrecte ».

Il est donc un fait entendu, la poste de Couzon fermera, au plus tard le 31 décembre 2019.

Le DAB est dans les détails

La Poste… sans son DAB

Avant d’aller plus loin, et pour bien comprendre la suite, rappelons ce que sont aujourd’hui les services postaux à Couzon.

A l’intérieur de ce bureau, comme nous l’avons dit, tous les services liés au courrier proposés par La Poste et ses filiales et les services financiers de la Banque Postale.

A l’extérieur, le DAB. Comprendre le distributeur automatique de billets.

A ce sujet, reprenons les éléments concernant le DAB tels qu’ils ont été expliqués par les élus.

Pour assurer la rentabilité d’un DAB, 4000 opérations mensuelles sont nécessaires. Sur celui de Couzon, nous réalisons environ 2800 opérations par mois.

« Notre » DAB n’est donc pas rentable. Conséquence : tant qu’il fonctionne, c’est bien ; le jour où il tombe en panne, il ne sera ni réparé ni remplacé.

De plus, cet appareil ne peut rester en exploitation que pour autant que la Poste et son personnel sont présents, puisque son fonctionnement est assuré depuis l’intérieur des locaux. Quand La Poste part, le DAB part aussi.

Pour qu’un DAB puisse fonctionner sans être intégré à un établissement bancaire (quelle que soit l’enseigne), il doit être équipé d’un accès sécurisé par l’arrière, via un sas équipé de portes blindées, permettant au convoyeurs de fonds de travailler en sécurité. Un investissement important.

Les élus ont pris des contacts avec d’autres banques mais aucune n’est intéressée pour installer un DAB à Couzon et de toute façon cela nécessiterait un accès sécurisé.
Jean-François Tanguy évoque la possibilité qui sera prochainement donnée aux commerçants, si la loi est votée, de pouvoir délivrer des espèces aux clients selon leurs besoins, avec bien sûr un plafond à ne pas dépasser. Il évoque aussi le projet qui vise à supprimer la circulation d’argent liquide.

3 scenarii

A l’instar de ce qui s’est passé dans d’autres communes voisines, Albigny ou Saint-Germain, la fermeture du bureau de poste aurait pu amener la création d’un « relais postal » tenu par un commerçant local. Consultés par La Poste, aucun des commerçants couzonnais ne pouvait s’engager dans cette voie. Et finalement, c’est tant mieux, car les services proposés par les relais demeurent limités.

Cela permet d’envisager le solution de l’agence postale communale. Sur ce point, vous pouvez vous référer à l’article que nous avons publié sur ce sujet et le lire en cliquant ici.

Sur ces bases-là, Patrick Véron et Jean-François Tanguy ont présenté à la nombreuse assistance les 3 voies qui leur paraissent aujourd’hui possibles. Les voici telles que présentées :

A – « Rester dans la configuration actuelle jusqu’au 31 décembre 2019, avec un DAB fragile, et possibilité d’un accueil mairie et d’une convention avec La Poste pour assurer la liaison courrier et colis en dehors des heures de présence de La Poste 2 heures par jour sur 6 jours.

B – « Mettre en place une agence postale communale et un accueil Mairie dans les locaux de la poste avec des horaires d’ouverture de 7 heures par jour,

avec maintien du DAB à sa place actuelle, et travaux de sécurisation nécessaires

ou

avec déplacement du DAB sur le côté parking de la salle des fêtes, avec travaux de sécurisation. »

C – « Mettre en place une agence postale communale et un accueil mairie, sans DAB. »

On notera au passage l’idée de créer un accueil de la mairie dans les actuels locaux de la poste, rendant ainsi celui-ci plus accessible aux habitants.

Le débat est ensuite ouvert et arrive rapidement à un consensus.

Puisque le DAB est fragile, ancien et non réparable en cas de panne, il n’est pas envisageable de réaliser des travaux coûteux pour une durée d’utilisation totalement aléatoire.

De plus ce DAB, tel qu’il est aujourd’hui, n’est pas compatible avec une agence postale communale, il est conditionné par la présence effective de La Poste.

Donc, seule solution pour garder, aussi longtemps que possible ce DAB, si possible jusqu’au 31 décembre 2019, appliquer dans l’immédiat la solution « A » et surtout espérer qu’il ne tombe pas en panne.

Au-delà des 2 heures d’ouverture par La Poste, ce sera la commune qui assurera le minimum de service courrier.

Au-delà de cette période, quand le DAB ne fonctionnera plus ou que la Poste fermera complètement fin 2019, il faudra appliquer la solution « C ». Donc la création d’une agence postale communale.

Voilà donc les conditions qui permettront aux Couzonnais de bénéficier d’un maximum de services dans les années à venir, dans une logique d’engagement à long terme.

 

L’avenir

Si une convention est signée pour une agence postale communale, La Poste devra pourvoir à la formation des agents municipaux qui assureront les mêmes services qu’antérieurement (sauf la partie financière à l’international) et versera une indemnité compensatrice pour une partie de leurs salaires.

La Mairie souhaiterait faire d’une pierre deux coups. Contrainte de trouver une solution au départ de La Poste, elle envisage donc d’ouvrir une agence postale communale et de rapprocher les services d’accueil, voire d’autres services de la Mairie, des habitants en les transférant dans les mêmes locaux qui sont plus au centre du village.
Pour la partie postale, ceci implique de recruter au moins un agent pour assurer le service sur toute l’année.
Pour la partie accueil mairie, voire plus, il s’agira d’agents de l’actuelle mairie venant travailler dans ces mêmes locaux.

Se pose donc la question d’une nouvelle organisation pour les services de la Mairie. Comment assurer le lien entre les deux entités ? Une réflexion va se mettre en place pour travailler à cette question. Sachant qu’il est nécessaire d’entamer des travaux pour réorganiser les actuels locaux et pour les rafraîchir, ceci laisse un peu de temps pour cette réflexion.

Et au delà…

Le contrat qui liera La Poste avec la Mairie sera signée pour un engagement maximum de 9 ans. Et après ?

Suite à une question, le Maire dit que l’équipe municipale envisage à moyen terme à la possibilité de déplacer tous les services de la Mairie au centre village pour permettre à l’école de disposer de nouveaux locaux. Ceci implique de réfléchir à une nouvelle configuration du tènement actuel. Le Maire évoque aussi la possibilité d’un regroupement de communes qui pourrait être imposé d’ici quelques années…

On le voit, la fermeture de notre bureau de poste va entraîner de nombreux changements. Et pas seulement sur les services postaux. Ils impacteront l’ensemble de la vie de la commune.

Alors la question de fond, évoquée par les élus présents, tant à la tribune que dans la salle est : comment transformer cette contrainte en atout pour la dynamique couzonnaise ?

 

Mot Clefs de cet article : , , , , ,