samedi 4 octobre 2014

Billet d'humeur -

Le Père Marcel fête les 20 ans des Interquartiers


 

Vivre Couzon : Bonjour Père Marcel, vous nous avez demandé de venir. Un petit coup de gueule en perspective.

Père Marcel : Pas du tout ! On va fêter un anniversaire. On va souffler les 20 bougies des Jeux Interquartiers.

Vivre Couzon : C’est vrai que vous étiez dans le coup des premiers Jeux

Père Marcel : Bien sûr qu’est ce que tu crois.

Vivre Couzon : C’est devenu une institution couzonnaise, ces jeux !

Père Marcel : Je vais te dire une chose petit gars ! Si on m’avait dit que 20 ans plus tard, ces jeux existeraient encore, je me serais bien marré vu comme on avait galéré sur les premiers.

Vivre Couzon : Comment est né cette idée ?

Père Marcel : L’idée venait de plus vieux, d’une manifestation que j’avais mis en place. C’était dans les premières années après la construction de la S.A.R. C’est pas tout neuf. Je t’expliquerais un autre fois. Aujourd’hui on est sur les Jeux. C’est André Charignon qui me tannait pour modifier cette manif en faisant participer les quartiers.

INTERQUARTIERS 1994Vivre Couzon : Bonne idée !

Père Marcel : Excellente tu veux dire. On a été rejoint ensuite par Anne-Marie Sangalli et Didier Lafond.

Vivre Couzon : Les premiers Jeux ont coûté combien ?

Père Marcel : 0 franc. On a juste demandé à la mairie la gratuité de toutes les salles ainsi que le vin d’honneur de l’ouverture et de la fin des Jeux. C’était tout monté de bric et de broc. Michel Henninot, qui organisait les jeux pour les enfants, leur faisait faire des sculptures avec du papier journal. Comme on n’avait pas une thune, on se débrouillait comme on pouvait.

Vivre Couzon : Les jeux étaient différents ?

Père Marcel : Oui ! Le samedi après midi, on avait opté pour des jeux plus sportifs comme la pétanque, le volley et autres activités sportives. Par rapport aux jeux actuels seuls sont restés le relais dans les rues et les jeux intellectuels. Mais je te reparlerais plus tard du relais dans les rues.

Vivre Couzon : Et le samedi soir ?

Père Marcel : C’est une de nos premières bonnes idées, on avait proposé une dégustation de pâtisseries et un concours de danse. 20 ans plus tard, on sait ce qu’il en advint quand on voit le déploiement d’idées de nos quartiers pour cette soirée.

Vivre Couzon : Et ce relais dans les rues ?

Père Marcel : C’est la deuxième bonne idée. Celle-là, on la doit essentiellement à Didier Lafond qui voulait absolument introduire des jeux plus ludiques dans les Jeux (Lancement de sacs de farine ou d’œufs – Course en sac etc. . . ) . Je dis toujours que Didier Lafond est l’inventeur des Jeux actuels. D’ailleurs, pour les deuxièmes, alors qu’il était aux commandes, il a laissé tomber les jeux sportifs pour ne mettre que les Jeux que l’on connaît actuellement.

Vivre Couzon : Les gens étaient motivés ?

Père Marcel : Je vais te révéler une anecdote ! Une dizaine de jours avant, on avait provoqué une réunion avec tous les couzonnais. Je te jure, pratiquement personne n’était venu. On était abattu. Je me rappelle même avoir émis l’idée de tout arrêter.

Vivre Couzon : Et alors ?

Père Marcel : Et alors le vendredi, la surprise ! La grande surprise ! On était plus de 200 à défiler dans les rues de Couzon. Va savoir pourquoi ?

Vivre Couzon : A quoi attribuez vous le succès de ces Jeux ?

Père Marcel : J’en sais rien ! ! ! A la lune, aux astres ! ! ! Je suis persuadé que ce premier week-end du mois d’octobre 1994, les astres étaient avec nous. Pendant tout le week-end, les gens ont eu l’envie de s’amuser et de se lâcher. Je te dis pas, petit gars, ce qui s’est bu le dimanche à midi pendant le repas. Tout le monde allait chercher sa bonne bouteille ou son digestif maison pour en faire profiter ses voisins. C’était une vraie escalade et tout cela dans une bonne humeur incroyable. Le terme avec modération n’avait plus aucun sens ce jour là !

Vivre Couzon : Et vous Père Marcel ?

Père Marcel : Moi, pendant le midi, j’ai fait le tour des quartiers. Tu peux comprendre que je n’avais plus trop les idées claires pour le jeu culturel. Ca se brouillait un petit peu dans la tête.

Vivre Couzon : Vous n’y étiez pas pour les deuxièmes ?

Père Marcel : Non ! J’aime pas trop les redifs. Et puis c’est très bien ainsi puisque Didier Lafond avec une autre équipe organisatrice a repris les Jeux avec leurs idées à eux. Ce qui a apporté un souffle nouveau.
Mais avant que tu t’en ailles, je veux absolument remercier ceux sans qui les Interquartiers n’auraient pas pu exister : Les capitaines des quartiers qui ont réussi à mobiliser leurs voisins, leurs amis, sur un projet loufoque et un peu fou. On pouvait avoir la meilleure organisation et les meilleurs idées possibles, sans eux et leur travail de proximité dans leurs quartiers, tout cela n’aurait pas pu avoir lieu.
Merci à Marie André Champion (Village) – Philippe Martin (Paupière) – Mila Ferreira (Montagne) – Denis Charignon (Epies) – André Charignon (Port) – Aldo Lombardo (Carrières) – Pierre Loïc Chantereau (Un quartier dont je ne me souviens même plus du nom et qui a fusionné avec Carrières et Epiés)

Vivre Couzon : Père Marcel, merci pour ces souvenirs !

Père Marcel : Pas de quoi, petit gars, la prochaine fois, je te parlerais du premier 8 décembre couzonnais.

Vivre Couzon : Vous étiez dans le coup aussi ?

Père Marcel : Ben évidemment que j’y étais avec mes potes du théâtre. Et puis aussi le premier vide grenier ! ! ! Tiens je vais te dire une de mes maximes. Beaucoup de gens prennent les trains en marche, bien moins nombreux sont ceux qui les font partir !

Vivre Couzon : ! ! !

Père Marcel : Tu réfléchis et je ramasse les copies le mois prochain. Tiens comme t’es sympathique, je vais te donner un petit tuyau. Tu devrais aller voir Denis Charignon. Je crois qu’il possède une cassette des deuxième Jeux.  Comme tu me parais doué en informatique, tu vas bien arrivé à la faire passer à la fin de l’article.

Vivre Couzon : Cool Père Marcel ! ! ! Super, je vais faire ça ! ! ! Merci beaucoup ! A la prochaine !

Père Marcel ; C’est ça ! Cool ! Super ! Il est content !  Allez Salut Petit Gars, à la prochaine!


 

A propos de l'auteur de cet article

Le Père Marcel

Le Père Marcel est un personnage ! Il est l'éternel bougon de Couzon qui se laisse parfois emporter par ses grosses colères. En tout cas il ne mâche pas ses mots !