Le Père Marcel joue les conciliateurs

Vivre Couzon : Bonjour Père Marcel, on ne vous a pas vu aux vœux du maire, samedi soir.

Père Marcel : Non, je n’étais pas là.

Vivre Couzon : Pourquoi ?

Père Marcel : Ca te regarde ??? Franchement ! ! !  J’ai une vie aussi, figure-toi, autre qu’à Couzon.

Vivre Couzon : Je me doute bien mais quand même, Les vœux du maire ! ! ! C’est le moment idéal pour pousser des coups de gueule.

Père Marcel : Tu parles ! ! !  Il ne se dit pas grand chose d’intéressant à part les satisfecits d’usage devant des maires de la région qui s’entendent souvent pas très bien mais qui se soutiennent quand même. Enfin bon c’est comme ça ! ! ! On va dire que c’est une cérémonie obligatoire et conviviale pour les Couzonnais.

Vivre Couzon : Bon, Père Marcel, vous ne m’avez quand même pas fait venir pour parler de ça ?

Père Marcel : Je veux proposer mes services à la mairie.

Vivre Couzon : Vous, Père Marcel ??? D’abord ils ne voudront sûrement pas de vous, et quels services voulez-vous leur proposer ?

Père Marcel : Je me propose à devenir conciliateur dans le conflit qui oppose le maire et une de ses adjointes à un citoyen couzonnais coupable de les avoir diffamés sur les réseaux sociaux.

Vive Couzon : Vous avez lu l’article sur le Progrès ?

Père Marcel : Oui Franchement, tu ne trouves pas ça un peu con, d’aller en justice alors que le problème pourrait largement se régler entre 4 yeux à l’ancienne ?

Vivre Couzon : Vous avez été voir le site du fameux opposant à la municipalité ?

Père Marcel : Je vais t’avouer quelque chose, jusqu’à maintenant je n’avais jamais été sur cette page. Avec la publicité gratuite que vient de lui faire Monsieur le Maire par cette plainte, j’ai quand été évidemment voir ce que disait cet « abominable contradicteur« . Je ne sais pas si le maire a des conseillers en communication mais sur le coup, ils sont nuls. Son nombre de lecteurs va bien augmenter.

Vivre Couzon : Et alors ? Qu’est-ce que vous en pensez ?

Père Marcel : Ecoute ! ! ! Dans les innombrables articles que j’ai lu, même si certains sont tendancieux, le procès en diffamation n’est encore pas gagné, et si j’étais notre premier magistrat, je la jouerais pédale douce en ne donnant pas plus d’importance que cela en mérite. C’est le problème des réseaux sociaux.
Je continue de penser que cet antagonisme vieux maintenant de 3 ans devrait se régler autrement.

Vivre Couzon : Vous avez sûrement raison, Père Marcel ! ! !

Père Marcel : Ce qui m’étonne aussi ,c’est qu’il n’y ai eu aucune personne dans la majorité municipale qui lève la main pour demander si cette action était vraiment opportune et qu’on avait peut être mieux à faire que de s’occuper de ces joutes verbales et autres querelles de clocher.

Vivre Couzon : Vous avez encore raison Père Marcel ! ! !

Père Marcel : Il y autre chose qui m’interpelle.

Vivre Couzon : Encore !!!  Laquelle ?

Père Marcel : Dans l’article, il est stipulé que les 4 000€ seront restitués à la commune en cas de décision favorable aux plaignants.

Vivre Couzon : Oui, c’est normal !

Père Marcel : On est d’accord mais en cas décision favorable pour les plaignants, et si ceux-ci obtiennent une somme pour réparation, elle va où, cette somme ? Dans la poche des plaignants ou dans les caisses de la commune ?

Vivre Couzon : Je ne sais pas mais on n’en est pas encore là, Père Marcel ! ! !

Père Marcel : Tu sais aussi pourquoi je pense que cette plainte est complètement idiote ?

Vivre Couzon : Non ! Dites-moi !

Père Marcel : L’autre jour, j’ai assisté à une poignée de mains presque chaleureuse entre le maire et l’ « affreux opposant ». 8 jours plus tard, j’apprends qu’on se plante des couteaux dans le dos. Je me dis qu’il faudrait un peu plus de courage, non pas physique mais intellectuel, à nos trois protagonistes. Bon sang, on peut se dire des choses sans peut être aller dans l’extrême pour l’un, ni par justice interposée pour l’autre.

Vivre Couzon : Qu’est que vous proposez Père Marcel ?

Père Marcel : Comme je te l’ai dit au début, on se retrouve autour d’un verre, on boit un bon coup et on s’explique, chacun fait un petit effort et le tour est joué. Tout le monde est content et Couzon  ne débourse pas 4000€. CQFD ! ! !

Vivre Couzon : C’est pas si simple que ça, Père Marcel ! ! !

Père Marcel : Ça le devrait. Depuis trois ans le dialogue est nul entre la majorité et l’opposition, et aussi avec ce «résistant acharné». La majorité a gagné les élections sans non plus un plébiscite. A trop vouloir le démontrer, Couzon ne sort pas gagnant de ces luttes communales.

Vivre Couzon : C’est votre dernier mot, Père Marcel ?

Père Marcel : C’est mon dernier mot Petit gars !

Mot Clefs de cet article : ,

A propos de l'auteur de cet article

Le Père Marcel
est l'auteur de 14 articles sur VivreCouzon.org

Le Père Marcel est un personnage ! Il est l'éternel bougon de Couzon qui se laisse parfois emporter par ses grosses colères. En tout cas il ne mâche pas ses mots !