Le Père Marcel livre son sentiment sur la vie associative

Vivre Couzon : Bonjour Père Marcel ! Comment Allez vous ! Ça fait longtemps qu’on vous avait pas pas entendus. Vous étiez en vacances ?

Père Marcel : Tu crois quand même pas que je vais encombrer les routes et les plages alors que je peux partir quand je veux ?

Vivre Couzon : Vous avez raison en effet ! Alors qu’est ce qui vous amène.

Père Marcel : Avant les vacances, je suis passé à la réunion du conseil municipal

Vivre Couzon : Ah vous y étiez ?

Père Marcel : Tu me prends pour un con, tu pouvais pas me louper, j’étais tout seul dans le public avec le mec du Progrès.

Vivre Couzon : C’est malin Père Marcel, Maintenant, tout le monde va savoir qui vous êtes.

Père Marcel : Comme si c’était pas le cas avant.

Vivre Couzon : Bon vous vouliez nous parler de quoi ?

Père Marcel : A la fin du conseil, une discussion informelle a eu lieu entre les conseillers sur la difficulté de la vie associative. Comme je n’avais pas le droit de parler, je me suis dit que ce serait bien que je donne mon avis sur Vivre Couzon, parce que les associations, je connais un peu. Comme Obélix,  je suis un peu tombé dedans tout petit. Ça fait presque 50 ans que je gravite autour et par ce fait, j’ai vécu la lente et irréversible désagrégation de nos associations, pas que couzonnaises d’ailleurs.

Vivre Couzon : Cela a commencé quand ?

Père Marcel : Je vais te parler des associations sportives dans un premier temps. Le premier coup fatal a eu lieu quand les fédérations ont décidé qu’il fallait des entraîneurs diplômés dans nos clubs. Ceux-ci ont évidemment envoyé leurs éducateurs faire des stages pour obtenir un diplôme (je vais être gentil) que tout le monde pouvait avoir.

Vivre Couzon : C’était plutôt une bonne idée des fédérations ?

Père Marcel : Oui au départ, c’était une bonne idée mais qu’est ce qui s’est passé ? Pas la première année mais avec le temps, le type qui avait un diplôme en poche,  même pas très important, a commencé à se poser des questions pour monnayer ce bout de papier, se vendant plus ou moins au plus offrant. Ce qui fait qu’un club se retrouvait avec quelques personnes qui étaient rémunérées et d’autres qui trimballaient les gosses, tenaient la buvette ou traçaient le terrain et qui touchaient que dalle. Le bénévolat en a pris un sacré coup dans l’affaire.

Vivre Couzon : Pourtant, on annonce un peu partout que le bénévolat augmente en France.

Père Marcel : Je ne suis pas loin de penser comme eux, mais surtout le bénévolat que j’appellerais passager et peu contraignants, que je respecte d’ailleurs et qu’il faut encourager.

Vivre Couzon : Qu’est ce que vous voulez dire par là ?

Père Marcel : Il est beaucoup plus facile de s’engager sur des actions courtes, mais être au taquet 40 semaines par an voir 50 par an à fond dans une association devient beaucoup plus compliqué. Et là, les volontaires se font plus rares.

Vivre Couzon : Évidemment ! ! !

Père Marcel : Il ne faut pas oublier que le système associatif devient une une sorte de marché ou chacun vient se servir au gré de ses envies. Les adhérents deviennent des consommateurs de loisirs. De moins en moins participent aux manifestations de leurs associations. Je vais te raconter une scène que j’ai entendue lors du dernier forum des associations.

Vivre Couzon : Allez y Père Marcel ! ! !

Père Marcel : Un couple se présente à l’entrée avec ses deux enfants. La femme dit à ses enfants  » Bon qu’est ce que vous voulez faire cette année ?  » Avec cette phrase, on a tout compris du problème associatif actuel car s’il est une chose que les associations ont besoin, c’est bien de continuité dans leurs effectifs pour prévoir leurs cours ou leurs entraînements.

Vivre Couzon : Vous semblez pessimiste, Père Marcel ?

Père Marcel : Si, comme les vieux comme moi, on se rappelle les années où des manifestations dans Couzon rassemblaient des milliers de personnes, on peut être pessimiste. Le monde associatif change, c’est certain. Tiens, je vais peut être passer pour un vieux con !

Vivre Couzon : ! ! !

Père Marcel : Pas de commentaire ! C’est bien ! Lors de la dernière réunion d’associations avec la mairie, on a passé les 3/4 de la réunion à parler comment communiquer avec la mairie par mails ou SMS, ou du problème des clés intelligentes.

Vivre Couzon : Père Marcel, vous avez un vrai problème avec les nouvelles techniques de communication !

Père Marcel : Je vais te dire une chose petit gars ! Je préfère une bonne discussion en bugne à bugne, les yeux dans les yeux, plutôt que dix mails où tout le monde s’écrit n’importe quoi

Vivre Couzon : Reconnaissez que c’est quand même bien.

Père Marcel : Oui c’est bien ! bien sûr ! mais ça peut aussi, nuire à la rencontre, à la vraie discussion. On se connaît moins, on n’évalue pas dans les mails et autres SMS la sensibilité de la personne que vous avez en face.

Vivre Couzon : Vous êtes vraiment rétrograde !

Père Marcel : Peut être mais je me suis tellement régalé dans la vie associative que maintenant je m’emmerde un peu. Avant, j’allais dans presque toutes les manifs, maintenant je n’ai plus trop envie. Et je me dis que les autres doivent faire pareil. Pourtant je continue à penser que les associations restent le socle indispensable pour le vivre-ensemble.

Vivre Couzon : Vous êtes désabusé, Père Marcel !

Père Marcel : J’y crois plus trop même si je continue à les aimer. On est rentré dans le règne du chacun pour soi et je ne vois pas ce qui pourrait inverser cette tendance.

Vivre Couzon : Bravo, vous avez bien plombé l’ambiance. ! ! !

Père Marcel : Allez Petit gars, on va se reprendre. Dis surtout à tes lecteurs que le Forum des Associations aura lieu dimanche 10 septembre à la salle de Fêtes.

Vivre Couzon : Vous y serez ?

Père Marcel : Bien sûr que j’y passerai ! Quand je te dis que je suis tombé dedans quand j’étais tout petit. Un forum, ça ne se loupe pas.

Vivre Couzon : A dimanche Père Marcel

Père Marcel : Salut Petit gars.

Mot Clefs de cet article : ,

A propos de l'auteur de cet article

Le Père Marcel
est l'auteur de 14 articles sur VivreCouzon.org

Le Père Marcel est un personnage ! Il est l'éternel bougon de Couzon qui se laisse parfois emporter par ses grosses colères. En tout cas il ne mâche pas ses mots !