Le PLU (1/4) : Couzon doit grossir un peu pour ne pas s’étioler

Entre les murs feutrés des bureaux municipaux, en lien avec des techniciens de la Métropole, se prennent actuellement des décisions qui façonneront le visage futur de notre village au sein du Grand Lyon. C’est la révision du Plan local d’urbanisme et d’habitat, le fameux PLU-H. Ailleurs, à Lyon ou à Fontaines, des débats se tiennent, la population est associée. Rien de tel à Couzon. C’est pourquoi Vivre Couzon a décidé de publier une série d’articles afin de nous informer et de formuler quelques propositions constructives.  

Dans ce premier article, Philippe Muyard esquisse quelques-uns des enjeux politiques de cette révision.

A ce jour, les élus de J’aime Couzon (et donc aussi par extension les citoyens) n’ont été conviés à aucune réunion de concertation sur le PLU-H. Tout se joue entre une poignée d’élus majoritaires, la Métropole et quelques techniciens. Rien depuis le 12 mars 2013. Bref, l’opacité règne.

Parlons-en !

Pourquoi ? Parce que l’enjeu est de taille. Il est même majeur au cours de ce mandat. Il déterminera l’orientation urbanistique de Couzon, c’est-à-dire le « visage » futur de notre village.

En effet, au-delà de la politique nationale de densification, l’orientation principale de la Métropole de Lyon est de gagner en habitants pour devenir une grande métropole européenne. C’est le vœu émis par Gérard Colomb et Michel Mercier quand ils ont eux aussi décidé de créer cette métropole, là aussi sans concertation.

Les commandements du Scot

Comment va-t-on parvenir à ce but ? Rassurez-vous, on ne va pas partir d’une page blanche.

Le Scot (schéma de cohérence territoriale) est un document d’urbanisme qui détermine, à l’échelle de plusieurs communes, un projet de territoire visant à mettre en cohérence l’ensemble des politiques d’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement et de paysage.

Ce document nous donne déjà quelques infos, puisque quelques objectifs ont déjà été dégagés :

  • Densifier les urbanisations ou centre-villages autour des dessertes en transports en communs et des services publics. Je rappelle que Couzon possède « encore » une gare, une bonne desserte bus, une poste et quelques commerces. Une candidate idéale donc.
  • Rechercher une amélioration de la mixité sociale. Aujourd’hui, Couzon est autour de 11% de logements sociaux et nul doute qu’un effort doit être fait dans ce sens. L’absence de croissance de la population et son vieillissement mettent en danger les forces vives du village (commerces, associations …).
  • Préserver les espaces naturels : notre village présente la particularité d’être coincé entre la Saône et les Monts d’Or. Pas question de rogner sur ces espaces naturels, les solutions de développement sont à chercher à l’intérieur de la zone déjà urbanisée.

Notre défi est donc le suivant :

  • Produire du logement pour permettre un accès au logement diversifié et adapté aux besoins. C’est-à-dire, par exemple, financièrement accessibles aux jeunes Couzonnais voulant rester sur la commune. Mais aussi en favorisant la réhabilitation du parc ancien en centre-bourg.
  • Accepter une croissance raisonnée de la population pour maintenir nos services publics et prendre notre part de la croissance de l’agglomération.
  • Rajeunir et mixer notre population pour amener des forces vives dans la vie du village.

Entre la zone « Paupières », le déplacement de la caserne des pompiers au nord  remplacée par un petit immeuble, et quelques autres petites zones, ce sont très vite au moins 200 à 300 personnes qui peuvent venir augmenter notre population. Et ce sera un grand bol d’air. Nous devons partager notre trésor. Il en va de la survie des services publics, des transports en communs, des commerces, bref de la vie de notre village.

L’enjeu du nouveau PLU-H est donc de faire cela intelligemment et en concertation. Pour cela, il faut une vision à 10 ou 20 ans de notre commune, pour que les investissements d’aujourd’hui ne soient pas obsolètes quand nous serons 10 à 15% de plus. J’ai déjà abordé cette question dans un précédent article.

Nous avons des idées et des envies. Nous les partageons. Dommage, que ce ne soit pas réciproque.

Philippe Muyard, conseiller municipal

En savoir plus :

Mot Clefs de cet article : , , ,