Le Rochon disparaît.

Le mardi 27 juin, le Tribunal de Grande Instance de Lyon a acté la disparition officielle de l’association couzonnaise  » Le Rochon « .

Cette disparition fait suite à une longue bataille juridique entre l’association et deux intervenantes musicales de l’association. Suite au jugement sévère voire trop sévère rendu par les Prudhommes qui ont infligé à l’école une condamnation représentant 57% de son budget annuel, l’Ecole de Musique ne pouvait plus faire face financièrement pour continuer à dispenser des cours la saison prochaine. Le travail incessant et compétent de la Présidente Mireille Pignaud n’a pas pu sauver Le Rochon de ce dépôt de bilan contraint et forcé.
Ce jugement pose le problème de toutes ces associations qui emploient du personnel salarié dans le cadre de la convention collective nationale de l’animation en général et du statut spécial des intervenants artistiques en particulier. La complexité de la gestion du personnel dans ce cadre spécifique crée de multiples opportunités aux procéduriers qui s’engouffrent dans cette brèche afin d’obtenir des subsides importants. Cela laisse la porte ouverte à d’autres cas similaires qui ne vont pas manquer d’arriver. C’est encore une étape qui marque la fin du bénévolat. Une de plus !

Le Rochon était, puisqu’il faut dire était depuis mardi, une association importante dans l’espace associatif couzonnais. Elle avait été créée par Jacques Poulin en 1986. Elle faisait partie de ces associations qui ont marqué la commune de par les nombreuses prestations de la chorale et des concerts des professeurs qui avaient lieu chaque année.
Le Rochon est intimement lié avec la Maison Servan qui a été rénovée en fonction de leurs besoins et de leurs souhaits. Celle belle demeure est devenue le centre culturel couzonnais avec la bibliothèque et le défunt Rochon.

Et maintenant ? Quid de nos musiciens et chanteurs ? Quid des 10 intervenants qui vont être licenciés ?  La Chorale devrait repartir sous le nom d’une autre association à la condition bien sûr que des volontaires veuillent bien mouiller leurs chemises et prendre leurs responsabilités. Ce qui, à ce jour, n’est pas encore d’actualité.
Quant aux cours de musique, plusieurs pistes de recherches sont menées dans le cadre de l’Intercommunalité. La reprise des cours aurait dû débuter dans deux mois. Cela urge donc si l’on ne veut pas que les salles de la Maison Servan deviennent silencieuses pour de nombreuses années.

Mot Clefs de cet article : , , ,

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 65 articles sur VivreCouzon.org

Michel, bien connu à Couzon, est membre fondateur de l'association Vivre Couzon dont il est également membre du conseil d'administration. Il est en outre l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org.