Les Jeux interquartiers sont-ils morts ?

Il a du plomb dans l’aile, le grand moment de convivialité qu’a connu Couzon tous les deux ou trois ans depuis une vingtaine d’années. À moins qu’une petite équipe motivée ne prenne le relais… 

Jusqu’à maintenant, c’était une curiosité typiquement couzonnaise, restée gravée au détour de certaines rues du village. Tous les deux ou trois ans, les Couzonnais se retrouvaient dans les garages pour préparer une sorte de grand carnaval villageois où chaque quartier rivalisait de créativité pour se mesurer à leurs voisins.

Ces derniers temps, l’événement avait lieu tous les trois ans. La dernière édition s’est produite en 2013. Tout commençait à l’automne de l’année précédente par une soirée qui donnait un avant-goût de la fête. Cette fois, la fête avait été annoncée, mais rien n’a eu finalement lieu. Depuis, plus de nouvelles.

Alors cette année sera-t-elle celle de l’enterrement de cette belle aventure ?IMGP3461

Lassitude

Le fait est que depuis la dernière édition, la municipalité a changé, et le président de l’association organisatrice des jeux, Laurent Terrade, a pris du galon. Il est devenu adjoint aux associations. On peut imaginer que tout à ses fonctions, il n’ait pas pris le temps d’organiser une succession dans les règles.

Mais cette explication est un peu courte. Déjà lors de l’édition 2013, Michel Muyard, l’un des initiateurs des Jeux il y a plus de vingt ans, avait perçu comme un fléchissement : « Les gens de l’édition précédente étaient en fin de course. Déjà, on était passé à tous les 3 ans, parce que tous les 2 ans, c’était trop rapide. On a senti une certaine lassitude chez les gens. Surtout chez ceux qui étaient les porteurs dans les quartiers : ça peut devenir lassant de toujours relancer les gens. »

L’ambiance a changé

Jeux-guignolAu-delà de petit ce coup de mou, Michel Muyard estime que c’est toute une dynamique qui est en panne : « À mon avis, l’ambiance dans le village a changé. Les gens sont prêts à participer mais pas à s’investir. On le ressent au niveau des associations. On ne se parle plus beaucoup. » Or, c’est la vitalité des associations qui avait permis de lancer ces festivités uniques en leur genre. « Il faut un groupe de personnes qui connaisse beaucoup de gens au village dans toutes les assos. C’est un truc important par la convivialité et la capacité à impliquer les nouveaux.»

Une initiative pour relancer les Jeux

Alors se trouvera-t-il quelques volontaires pour faire revivre les Jeux ? Benjamin Durand, administrateur de l’association organisatrice, veut y croire. Il a lancé samedi un message à une petite centaine de Couzonnais dans l’espoir d’organiser une « réunion – action pour relancer les Jeux » pour début octobre prochain. Il veut le « renouvellement du déroulement des jeux et spectacle, en gardant « l’esprit » des jeux : convivialité, rencontre des Couzonnais ». Pour cela, il propose de les « recentrer autour des enfants », de les « alléger » (un soir et une journée) et de « renouveler l’équipe ». 

Mais Benjamin Durand prévient : « Ma disponibilité étant très limitée en ce moment, mon initiative ne vaut pas engagement de ma part à faire beaucoup plus que transmettre et relancer ensemble avec 2 à 3 réunions ». Il faudra donc qu’un sacré noyau dur se crée si l’on veut avoir la chance de voir revivre ce beau moment de convivialité après la rentrée.

Et si ce n’est pas pour cette fois, Michel Muyard ne désespère pas pour autant : « Motiver les Couzonnais en aussi peu de temps ne sera pas évident. Mais si on perdu une année c’est pas grave. On peut ausssi attendre un an et faire quelque chose d’un peu plus cohérent l’année prochaine. »

Nous vous tiendrons au courant.

IMGP3505

Photos Yann Coric.

Mot Clefs de cet article : ,

A propos de l'auteur de cet article

Nicolas Gauthy
est l'auteur de 56 articles sur VivreCouzon.org

Nicolas est l'un des membres fondateurs de Vivre Couzon dont il est actuellement Président. Il est également l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org