Métropole de Lyon : Couzon vaut bien une conférence

Retrouvez tous les articles de la rubrique Métropole de Lyon en cliquant ici :

Le premier janvier à zéro heure, tandis qu’ils lançaient innocemment confettis et cotillons, les Couzonnais se doutaient-ils qu’un «big-bang territorial» était à l’œuvre? Savaient-ils, les pauvres innocents, que cette fois, il allaient se réveiller avec mal aux cheveux dans la nouvelle Métropole de Lyon ?

Oui, désormais, le Grand Lyon n’est plus communauté d’agglomération, mais Métropole, un statut pratiquement bâti sur mesure par le sénateur Gérard Collomb pour le nouveau président Collomb Gérard.

Alors, nous direz-vous en déglutissant votre Alka-Seltzer, qu’est-ce que ça change pour nous, Couzonnais ?

Est-ce à dire que Couzon sera rayé de la carte ? Certainement pas. À l’exception de la police de la circulation, dont la délégation a été votée au dernier conseil municipal, la commune ne délègue pour le moment aucune nouvelle compétence au Grand Lyon.

Metropoles-Lyon-Circonscriptions-electorales13 fauteuils pour les Monts d’Or

Cependant, suite aux prochaines élections, en 2020, Couzon ne sera plus forcément représenté en tant que tel dans la Métropole. En effet, les conseillers métropolitains seront alors élus sur des circonscriptions découpées en fonction de leur densité de population. Or, il ne vous aura pas échappé que les Monts d’Or n’étaient pas la zone la plus peuplée de Lyon.

Ainsi, les 25 communes de notre zone devront se partager 13 sièges. D’où l’agitation de ceux qu’on appelle les «petits maires» de centre-droit adhérents du groupe «Synergie», dont certains regrettent leur fidélité à Maître Collomb.

Lire à ce sujet la réaction de Benjamin Durand…

La Conférence métropolitaine, un Sénat lyonnais ?

En même temps, que les 59 maires de la Métropole, dont celui de Couzon, se rassurent : ils auront une place au chaud rue du Lac. Une «conférence métropolitaine» les réunira de temps en temps. Elle constituera selon les mots de Sa Majesté Collomb «une sorte de Sénat de la métropole». Selon l’opinion qu’on a sur le rôle du Sénat en France, on se demande comment on doit le prendre.

Toujours est-il que cette instance aurait charge de rédiger le «pacte de cohérence métropolitain». Ce «pacte» devra définir qui fait quoi et quelles compétences seront transférées de des communes à la Métropole et vice versa.

C’est aussi ce fameux pacte qui définira le «cadre éventuel de contractualisation» entre la Métropole et ses territoires. Ce qui signifie, en langue administrative, qu’il sera décidé dans quelle mesure on laissera une certaine autonomie aux «territoires» pour élaborer leurs propres projets en lien avec la Métropole. Une décision déterminante sur la manière dont nos communes pourront avoir prise sur leur avenir : rénovation d’un pont, construction d’une piscine, préservation d’un espace naturel…

Mais une fois ce pacte voté, qu’est-ce qu’il devient, le Sénat à la sauce lyonnaise? L’histoire ne le dit pas.

La Conférence des Maires : gadget ou décentralisation ?

Alors sans forcément avoir d’élu là où les décisions se prennent réellement, Couzon aura-il encore voix au chapître ?

Lyon-Couzon : une Conférence des maires anticipée

Conférence des maires : un petit Yalta Lyonnais ?

Depuis 2002, Couzon appartient à la Conférence des maires du Val de Saône, qui s’étend de Genay à Collonges. Objectif affiché à l’époque : «exprimer des demandes collectives, être informés des solutions proposées, suivre l’activité du Grand Lyon, l’avancement des opérations, valider le projet de développement de leur territoire…»

Autant dire pas grand chose.

La loi instituant la Métropole officialise ces conférences. Il est question qu’elles deviennent «le cadre de l’exercice territorialisé des compétences de la Métropole». Ce sera le règlement intérieur de la Métropole qui décidera s’il faut donner un peu de substance à cette formule très technocratique. Sans quoi elles n’auront à nouveau qu’un vague rôle consultatif.

Le représentant des services du Grand Lyon venu présenter la Métropole au dernier conseil municipal de Couzon a assuré qu’il s’agirait bien d’un fonctionnement «décentralisé». Mais les choses sont encore loin d’être clairement définies.

Aujourd’hui, le territoire du Val de Saône et des Monts d’Or a besoin d’une intercommunalité à un échelon plus local. Il ne s’agit donc pas qu’une bataille pour le nombre de sièges du groupe Synergies : nos élus ne doivent pas rater les trains qui fixeront les règles qui leur permettront de proposer de véritables projets pour le Val de Saône et les Monts d’Or.

 

Mot Clefs de cet article : , , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

Nicolas Gauthy
est l'auteur de 56 articles sur VivreCouzon.org

Nicolas est l'un des membres fondateurs de Vivre Couzon dont il est actuellement Président. Il est également l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org