jeudi 10 décembre 2015

Billet d'humeur -

et

Notre 8 décembre s’étiole doucement


Avant de commencer cette chronique et pour éviter toute polémique, celle-ci n’est pas un constat d’échec pour qui que ce soit mais un simple constat que d’année en année, cette manifestation conviviale et sympathique perd de son attractivité aussi bien auprès des associations couzonnaises moins nombreuses que de la population, malgré le fait qu’il n’y avait pas de concurrence avec la Fête des Lumières lyonnaise.

YAN_6989Pour la première fois depuis de nombreuses années, je n’ai pas participé activement aux festivités, j’ai pu ainsi me balader dans les rues.

Pas de stand dans les quartiers excentrés comme la SAR ou au Port. Quelques associations ont aussi fait défaut dans le centre du village. Dans ma vadrouille nocturne en quête de vin chaud ou autres soupes, je n’ai pas senti une euphorie et envie auprès de ceux qui avaient profité de cette soirée agréable en termes de météorologie. Même en termes de communication, YAN_6993j’ai appris seulement ce mercredi matin, qu’il y avait un stand dans la rue Philibert-Gaillard. Félicitations entre parenthèses à ceux qui illuminent l’Impasse de la Mousse, sûrement la rue la mieux éclairée de Couzon.

Faut-il se poser la question de renouveler l’idée même de notre 8 décembre ? Quelles sont les solutions et y en a t-il seulement ?

Ne jetons pas tout non plus ! ! ! Beaucoup de villages sont bien loin d’avoir une manifestation équivalente. Il faudrait trouver quelques aménagements d’organisation novatrices pour relancer l’envie pour les associations et la goût de la nouveauté pour la population. YAN_6982Le fait de demander par mails aux associations leurs besoins pour leurs stands ne concourt pas à donner une bonne impulsion. Celle-ci ne peut venir que d’une véritable discussion Mairie-associations, mais pas 1 mois à l’avance. Il faut que chacun apporte de nouvelles idées, les expose aux autres pour en faire un patchwork culinaire, festif à tous les points névralgiques du village. Quatre stands distribuaient des soupes. excellentes au demeurant, mais n’est ce pas un peu trop ? Trop de soupes tue la soupe ! ! !

Il y a une chose qui ne se  fait plus et que je regrette. Avant, un stand était tenu par deux, voire trois associations, ce qui permettait une relation amicale entre elles. Depuis quelques temps, chacun à son stand tout seul dans coin. Même à la salle des Fêtes où étaient réunies 5 YAN_6933associations (La Mano – Chasse – Aikibudo – Parent d’élèves – Football), chacun avait sa table, séparées les unes des autres. Franchement, un grand stand commun avec l’exubérance des Chasseurs, le savoir-faire artistique de La Mano, la barbe à Papa pour les enfants, la délicieuse soupe de l’Aikibudo et le savoir-faire du vin chaud du foot, aurait eu de  la gueule et apporter de l’ambiance. En plus, cela aurait permis à ces cinq-là de mieux se connaître.

Certains me diront qu’à partir du moment où je n’ai pas participé, je ferais mieux de me taire, voire pour les plus virulents, de fermer ma gueule. Je répondrais qu’ils ont raison, sauf que pour diverses raisons personnelles, j’aime bien cette manifestation, et rien ne dit que n’y participerai pas l’année prochaine étant même prêt à apporter les quelques idées que j’ai.

YAN_7002

A propos de l'auteur de cet article

Michel, bien connu à Couzon, est membre fondateur de l'association Vivre Couzon dont il est également membre du conseil d'administration. Il est en outre l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org.