Les aventures d’Edgar Atoy, le piéton de Couzon

Un village où il fait bon vivre est un village qui se parcourt à pieds confortablement, et en toute sécurité. Circuler à pieds reste le meilleur moyen de se rencontrer. Notre reporter Edgar Atoy a parcouru Couzon à pieds pour savoir si les rues sont praticables aux piétons. Il a relevé pour nous les endroits critiques où il a failli laisser sa peau.

edgar-10Comme nous l’avons annoncé dans un précédent article, la partie nord de la rue Aristide-Briand va bientôt être rénovée. Elle sera mise en sens unique et équipée d’un trottoir côté habitations.

Edgar s’en félicite, lui qui se demandait où était passé ce maudit trottoir :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il espère en tout cas que ce trottoir ne sera pas posé dans le style « peau de chagrin », comme l’a été le trottoir de la rue Pierre-Dupont où les aménageurs avaient préféré créer une ou deux places de parking en plus, plutôt que de laisser une longueur suffisante pour les poussettes, fauteuils roulants ou personnes à la largeur de bassin non-conforme aux normes en vigueur :

edgar-8

 

edgar-7

 

Rue Rochon, Edgar l’intrépide a voulu singer les automobilistes pressés qui dévalent la pente sans obstacle, et sans se préoccuper trop des enfants qui pourraient traverser sans regarder.

Il a failli se laisser emporter jusqu’à la Saône :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus bas sur la même rue Rochon, Edgar a poursuivi son chemin sur un autre trottoir en entonnoir. Il a dû déployer des trésors de souplesse pour ne pas empiéter sur la chaussée où il aurait manqué d’être pris en sandwich entre les véhicules qui ne savent pas trop où se croiser : ceux qui descendent et ceux qui montent la pente pleins gaz :

edgar-5

 

 

 

Le sud de la rue Paupière est balisé comme une route nationale, avec ligne discontinue comme une invitation à doubler et une large perspective qui donne une irrésistible envie d’écraser le champignon. En l’absence du moindre trottoir, notre reporter a dû exécuter quelques passes inspirées d’El Cordobès :

Edgar-anime-leger

 

Le pont de Couzon est une piste d’autos tamponneuses où les piétons sont poussés vers la Saône. Le pauvre Edgar est passé à deux doigts du grand plongeon :

edgar

 

Mais sorti du pont, Edgar n’était pas tiré d’affaire. Le débouché du pont sur la D51 ne laisse que quelques secondes de répit aux piétons et passagers des autobus pour s’aventurer à travers le grand flux automobile vers le bourg du village. Un petit aménagement n’apaiserait-il pas toute cette fureur ?

edgar-2

 

Texte et photos : Nicolas Gauthy / Mises en scène : Philippe Muyard / Dans le rôle d’Edgar : Samuel.

Mot Clefs de cet article : , , ,

A propos de l'auteur de cet article

Nicolas Gauthy
est l'auteur de 56 articles sur VivreCouzon.org

Nicolas est l'un des membres fondateurs de Vivre Couzon dont il est actuellement Président. Il est également l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org