Pourquoi il faut construire une nouvelle Mairie à Couzon

Pour le conseiller municipal Philippe Muyard, le village qui verra inéluctablement sa population augmenter dans les toutes prochaines décennies doit prendre les devants en déménageant la mairie pour laisser plus de place à l’école.

Derrière ce titre un peu accrocheur, il y a une réflexion que je mène depuis plusieurs mois sur une vision de notre commune à 10, 15 ou 20 ans. Alors, je me suis informé, j’ai consulté et j’en arrive à cette conclusion pour le moins définitive : il faut bâtir une nouvelle mairie à Couzon.

Pour arriver à cela, et en essayant de faire le plus simple possible, il faut prendre en compte plusieurs paramètres notamment politiques, urbanistiques, démographiques et environnementaux. Je laisserai le lecteur approfondir ensuite s’il le désire, grâce à des liens vers mes sources en fin d’article.

400 âmes de plus

Il existe aujourd’hui une conjonction de facteurs qui nous font raisonnablement penser qu’à échéance de 10 à 15 ans, la population couzonnaise devrait croître de 300 à 400 âmes. Ces facteurs, quels sont-ils ?

• Politiques : la création de la Métropole depuis janvier 2015, au-delà d’avoir l’objectif de réaliser des économies, est aussi une machine de guerre démographique destinée à rivaliser avec d’autres grandes métropoles européennes type Milan ou Barcelone. Pour cela, il faut rivaliser en bassin de population, et nos politiques, Gérard Collomb en tête, ne cachent pas leur volonté de voir la Métropole prendre entre 150 000 et 200 000 habitants dans les 15 ans qui viennent. La volonté politique est donc là et nul doute que Couzon devra prendre sa part dans cette augmentation.

• Urbanistiques : le PLU-H (plan local d’urbanisme et d’habitat) est en passe d’être modifié dans les mois qui viennent. Certes, notre situation entre Saône et Mont d’or empêche la création d’énormes projets fonciers. Mais les orientations du PLU-H (voir doc ci-dessous) montrent une volonté claire de production de logements neufs (notamment sociaux), de requalification de certains existants pour une démographie « plus adaptée », et d’orientation des constructions dans les secteurs bien desservis par les transports.

• Démographiques : l’agglomération lyonnaise est une des plus attractives d’Europe pour les cadres et les familles. Il existe donc une forte pression démographique qui devra trouver des réponses en logements neufs, au risque d’une explosion des prix de l’immobilier et donc du rejet de populations plus précaires hors du territoire (notamment les jeunes).

• Environnementaux : c’est un facteur couplé à l’urbanisme mais le Scot 2030 (schéma de cohérence territoriale) affirme qu’il faudra, à l’horizon 2030, privilégier l’urbanisation autour des gares. Nous en avons une à Couzon et c’est une chance. Pour la garder, il faudra accepter de partager une partie de notre territoire avec un plus grand nombre d’habitants. C’est une logique environnementale qui permet de densifier des secteurs déjà urbanisés et pourvu en transports pour ne pas rogner sur le poumon vert des Monts d’Or. Encore une fois, tout est affaire de choix.

Nous voilà donc avec 3 ou 4 centaines d’habitants à accueillir dans les 15 ans à venir. C’est une quasi-certitude. Refuser cette vérité serait un déni et engendrerait un retard dans l’adaptation de la commune à cet afflux démographique. Il faut donc s’y préparer.

Plus de place pour l’école

J’en arrive donc à ma nouvelle mairie. Je sens que certains s’impatientaient, nous y voilà. En effet, qui dit population supplémentaire, dit enfants. Qui dit enfants dit classes supplémentaires à l’école. On peut raisonnablement penser qu’il s’agira de créer 2 classes supplémentaires au mieux. Or, notre école est aujourd’hui en limite de capacité. Pour l’année scolaire 2015-2016, nous en sommes à envisager la suppression de la salle d’informatique pour accueillir une nouvelle classe en élémentaire. Bref, la situation est tendue et devrait l’être, à terme, encore un peu plus.

Il faut donc agir. Voici donc ma proposition :

• Aujourd’hui, la cohabitation d’une mairie et d’une école dans le même bâtiment, comme c’est le cas à Couzon, n’est plus viable. L’école est saturée et la mairie est inadaptée. En effet, pour qui connaît notre mairie, on peut affirmer que l’accueil n’est pas des plus accueillants (je parle des locaux bien entendu pas du personnel), l’isolation est catastrophique (à l’étage en hiver, les agents travaillent avec des chauffages d’appoints dans leurs bureaux), l’accueil handicapés est dérisoire, pour ne pas dire inexistant. Bref, ce complexe mairie-école est à repenser.

• Malheureusement, la majorité actuelle est en train de faire d’autres choix. On refait par petites touches : ici on repeint le bureau du maire, on réagence l’accueil du bas, on envisage d’isoler la toiture, on achète du mobilier et des micros pour la salle du conseil. On saupoudre, quoi… mais on ne prend pas de grandes décisions pour faire de grands travaux.

Je propose donc de réaffecter tout ce bâtiment, qui aura bientôt un restaurant scolaire tout neuf, à usage d’une école.

Cela nécessite certes d’importants travaux, mais surtout un réagencement des lieux pour que les enfants de Couzon disposent d’un endroit adéquat. Vous comprendrez que la manière dont on réagence l’école dans ce bâtiment pourra faire l’objet d’un autre article. Merci de m’épargner cela pour le moment.

Reste donc à construire une nouvelle mairie. Pour ceux qui se posent la question du financement, ne vous inquiétez pas, ça arrive à la fin.

Un éventail de possibilités

Une nouvelle mairie ? Mais où ? C’est le problème, mais il faut se poser la question maintenant, aujourd’hui, tout de suite, pour ne pas avoir à se la poser avec un pistolet sur la tempe dans 5 ou 10 ans. Je n’ai pas de solutions miracles mais je ne peux pas vous quitter sans en proposer quelques-unes, certaines un peu plus provocatrices que d’autres mais c’est pour lancer le débat :

• Accélérer un déménagement de la caserne des pompiers vers la zone nord au-dessus de la gare et récupérer ces locaux de centre-village pour les aménager en mairie.

• Réorganiser tout le pôle Poste/Salle des Fêtes/Dojo/Salles de sport en y insérant une mairie et en proposant des solutions alternatives aux occupants actuels.

• Chercher une solution autour de la zone d’activités au nord. Cette zone fait l’objet d’une attention particulière pour le PLU-H en vue d’urbanisation justement.

• Utiliser le bâtiment Foyer communal/Caveau/Presbytère pour faire une belle mairie de centre village. Ah non, flûte, c’est pas possible, le bâtiment a été vendu à des marchands de sommeil par la mandature précédente (dont la majorité est toujours aux affaires rappelons-le).

Voilà donc un petit éventail de possibilités. Elles ne sont pas exhaustives, et peut-être pas toutes possibles. Mais elles sont faites pour lancer la réflexion, car le temps tourne. La fonction d’un élu est aussi d’être visionnaire, d’anticiper. Malheureusement, dans ce mandat, nous avons déjà perdu un an, et les projets d’investissements à venir ne poussent pas à l’optimisme.

Les moyens de l’ambition

Et l’argent ! Et l’argent ! Je vous entends gronder derrière votre écran.

Eh bien figurez-vous que l’argent, la commune en a déjà une partie. Je ne vais pas me lancer dans des chiffres qui seraient fastidieux et sujets à controverse, mais la situation financière de la commune est bonne.

* Elle est sous-endettée, résultat d’années d’immobilisme dans l’investissement. En période ou les taux d’emprunt sont faibles, cela parait être le bon moment.
* Elle a récupéré 150 000 euros par an d’impôts locaux par refiscalisation au Sigerly de dépenses liés au réseau électrique.
* Elle peut bénéficier d’aides à la construction ou la rénovation d’édifices publiques notamment s’ils répondent à des normes écologiques.

En tout cas, la municipalité aurait les moyens de cette ambition, si elle voulait s’en donner la peine. De mon côté, je continuerai à œuvrer dans ce sens pour que ce projet soit au moins mis en réflexion. La seule réponse qui m’est aujourd’hui donnée est un sourire complaisant racontant le mépris dans lequel on tient cette proposition. En haut lieu en tout cas, car en partageant cela, plusieurs élus m’ont fait part de leur intérêt pour ces changements.

Cet article est aussi l’ouverture d’un débat et une porte ouverte à des commentaires, pour partager autour de cette idée.

Pour finir, une suite de liens vers les sources qui ont guidé ma réflexion. Cela nécessite un peu de temps, mais c’est passionnant pour comprendre les enjeux liés à notre commune et plus largement à notre territoire.
Le PLU-H : le projet de concertation. Un document de mars 2015 qui explique les grandes orientations pour le val de Saône.
Le document de concertation sur le PLU lors d’un réunion de 2013 avec déjà des grandes priorités.
Le site du Scot 2030 (schéma de cohérence territoriale) avec des tas de documents et de cartes très intéressants.
Un document de 2004, prélude au Scot, sur la dynamique démographique de la Métropole.

Mot Clefs de cet article : , ,