Lyon-Trévoux : le projet de train avance… à petite vitesse

Lire les autres articles sur ce sujet en cliquant ici.

Tram-train de l’ouest lyonnais

A plusieurs reprises ces derniers mois, nous avons évoqué le projet de réouverture de la ligne ferroviaire Sathonay-Trévoux et particulièrement l’action de longue haleine engagée par le CTVS. A travers le vote d’une motion par le conseil municipal, les élus couzonnais se sont aussi engagés dans le soutien pour faire aboutir ce projet.

La gare de Neuville en 2015

Après le vote par la Région Rhône-Alpes du Contrat de Plan Etat-Région (CPER), il est temps de faire un point sur les dernières avancées.

La Région s’engage à financer 50% des travaux

Par son vote du CPER, le 6 mars dernier, la Région et l’État se sont engagés à financer 50% du coût du projet, mais seulement en phase d’études. Ce qui signifie qu’en l’état actuel des choses, d’ici 2020, le projet ne dépasserait pas ce stade.

Cependant, dans cette affaire, c’est surtout l’État qui freine des quatre fers. La Région, elle, serait partante pour aller plus loin, plus vite. Ses élus ont dit leur intention de prendre leur bâton de pèlerin pour aller voir la Métropole du Grand Lyon et le nouveau Conseil Départemental de l’Ain dont le Président, Damien Abad, vient d’être élu ce 2 avril.

Ce nouveau Président, par ailleurs conseiller régional, doit connaître parfaitement le dossier. Qu’en sera-t-il de ses priorités de nouveau patron de l’exécutif du département de l’Ain ?

Quid de l’engagement de la Métropole ?

Dans un précédent article, nous évoquions l’engagement du maire de Couzon, Patrick Véron, pour ce projet (cliquez ici pour lire cet article). En tant que conseiller métropolitain, il a invité ses collègues du groupe Synergies-Avenir à recevoir le CTVS et à soutenir la réouverture de cette ligne ferroviaire dans le cadre de leurs attributions au sein de la Métropole du Grand Lyon et du SYTRAL. En début d’année, 17 maires l’on rejoint pour signer un courrier adressé à la Région, au Grand Lyon, au SYTRAL et à la Préfecture, argumentant leur position sur l’augmentation du trafic en Val de Saône, sur la saturation des ponts et des abords des gares de la rive droite.

Le CTVS continue

Face à ces avancées, le CTVS se garde bien de crier victoire. Il entend continuer son action selon deux axes :

D’une part poursuivre la mobilisation des élus locaux concernés, dans l’Ain comme dans le Grand Lyon. D’autre part il souhaite également mobiliser les habitants des communes impactées par le projet.

La récente réunion de son conseil d’administration s’est tenue mardi 7 avril à la mairie de Couzon. De nouvelles actions sont maintenant envisagées

La réouverture de la ligne Sathonay-Trévoux, c’est quoi au juste ?

On parle couramment de cette desserte Sathonay-Trévoux, mais il est nécessaire, pour tous ceux qui ne suivent pas ce projet, de préciser de quoi on parle (cliquez ici pour lire un article sur le sujet).

Il existait un desserte tendrement appelée « la Galoche » par les habitants du Val de Saône. Elle partait de Trévoux et permettait de rejoindre, via Sathonay-Rillieux, le Boulevard de la Croix-Rousse. La partie finale de cette ligne, de Cuire à la Croix Rousse est aujourd’hui celle utilisée par le métro. La partie allant de Caluire à la gare de Sathonay-Rilleux a été totalement absorbée par l’urbanisation et la seule trace qui en subsiste est la « voie verte » de Caluire.

Le tracé de la voie (tel qu’il est aujourd’hui) et l’emplacement prévu des gares

En revanche la partie de Sathonay jusqu’à Trévoux, avec un embranchement à Genay pour desservir la zone industrielle, existe toujours. Ce tronçon est désaffecté depuis de nombreuses années mais son emprise existe et appartient à Réseau Ferré de France.

Le projet consiste donc à rouvrir cette ligne en faisant circuler des tram-trains à l’image de celui de l’ouest lyonnais. Les passagers pourraient alors, depuis la gare de Sathonay-Rillieux continuer en TER jusqu’à la Part Dieu en empruntant les trains venant de Bourg ou d’Ambérieu.

Cela mettrait la Part Dieu à moins de 30 mn de Trévoux. De plus cela rouvrirait, pour les habitants du Val de Saône rive droite, une desserte disparue, obligeant de poursuivre son trajet jusqu’à Gare de Vaise ou Perrache avant de reprendre les lignes TCL pour rejoindre la rive gauche du Rhône.

Un impact limité pour les Couzonnais sauf si…

Comme le montre la carte avec l’emplacement des gares prévues, les Couzonnais ne verraient pas leur desserte directe améliorée.

Sauf si une halte intermédiaire, équidistante de Neuville et de Fontaines voyait le jour. A Rochetaillée, elle serait remarquablement bien placée.

Voilà une idée que nous suggérons à Patrick Véron, déjà mobilisé sur ce projet, il pourrait être le promoteur de cette nouvelle halte ferroviaire qui rééquilibrerait la desserte du futur tram-train.

Lire les autres articles sur ce sujet en cliquant ici.

Le CTVS a débuté en 1991.

Le Collectif des Transports Val de Saône s’est ensuite créé en association.

Chacun peut adhérer et suivre les informations de l’association, le montant de la cotisation pour 2015 est fixé à 10 euros.

Son siège est à Fontaines-sur-Saône, 54 rue Gambetta.

 

2015 : la gare de Genay vue depuis l’emplacement de la voie ferrée et la signalisation du passage à niveau.

Mot Clefs de cet article : , , , , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

Pierre Deleuze
est l'auteur de 72 articles sur VivreCouzon.org

Pierre est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon dont il est membre du conseil d'administration. Il fait en outre partie du comité de rédaction de VivreCouzon.org.