Le Club des 5, c'est ainsi que se sont baptisés les 5 élus au conseil municipal de Couzon issus de la liste "J'aime Couzon".

Alors l'expression reste.

Et, comme ils ne bénéficient pas d'un espace d'expression sur les supports municipaux, nous leur laissons leur juste place ici, sur VivreCouzon.org.

Cet article ainsi que tous ceux de cette rubrique sont donc la tribune libre mise à disposition des élus du "Club des 5" par Vivre Couzon.


Régionales 2015, Karine Lucas : à qui perd, gagne


L’adjointe au maire de Couzon vient d’être élue conseillère régionale sur la liste de Laurent Wauquiez. Pour Véronique Leclercq, cette élection est forte en paradoxes.

Karine Lucas, treizième sur la liste Métropole de Laurent Wauquiez vient d’être élue conseillère régionale. Saluons l’exploit, Couzon à la particularité d’avoir une élue bi.

Bi car étiquetée, et sans étiquette à la fois. Oui, Karine est flexible, souple dans son positionnement politique.

karine-lucas

Apolitique en 2014, au centre-droit en 2015, finalement colistière de la droite dure. Un peu flou, le positionnement politique de Karine Lucas, non ?

Souple, mais aussi étanche. Pourquoi ce qualificatif, me direz-vous ? Eh bien il en faut, du courage, pour être modérée, centriste (si, si je vous l’assure) et rester imperméable aux idées, aux préceptes, aux valeurs défendues par son chef de file régional. Pour fermer les yeux sur ses colistiers, pour certains du Parti Chrétien Démocrate (anciennement présidé par Christine Boutin), pour d’autres représentants de Sens Commun et responsable de la Manif pour tous Lyon.

Adjointe au maire sans étiquette, conseillère régionale LR/UDI, pourrions-nous appeler cette situation de l’opportunisme ? Karine Lucas n’est pas à un paradoxe près. En effet, lors de la campagne des municipales 2014, elle nous avait bien prévenus (comme le reste de ses colistiers Trajectoire) qu’elle n’était pas une femme de parti. Enfin si, sauf le sien.

Si nous nous penchons un peu plus en détail sur les résultats, il convient de constater que la liste Wauquiez, pourtant soutenue avec force par Patrick Véron, en sa qualité de maire, a été battue à Couzon par la liste Queyranne. Quels enseignements pouvons-nous en tirer ?

Personne ne dit aux Couzonnais pour qui il faut voter. Ce courrier que les citoyens de notre village ont eu dans leur boîte aux lettres, a été totalement contre-productif. La liste LR/UDI gagne 122 voix par rapport au premier tour, alors que la liste Queyranne double son score. J’ai aussi envie de croire que c’est un message adressé à notre maire et à une partie de son équipe majoritaire pour la manière dont ils gèrent la commune depuis avril 2014.

Autre paradoxe, grâce au jeu complexe de répartition des sièges, Karine Lucas réussit le tour de force de non seulement perdre à Couzon, mais que sa liste perde également au niveau de la Métropole. Et pourtant, nous la retrouvons aujourd’hui avec un nouveau job pour 6 ans.

Karine Lucas abat des murs. Tiens, à ce propos va-t-elle s’occuper elle-même du chantier de la démolition du futur-ex restaurant scolaire ?

A propos de l'auteur de cet article

Véronique est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Elle est également élue au conseil municipal de Couzon, issue de la liste J'Aime Couzon. Elle est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.

mardi 15 décembre 2015

Billet d'humeur -

Régionales 2015, Karine Lucas : à qui perd, gagne


L’adjointe au maire de Couzon vient d’être élue conseillère régionale sur la liste de Laurent Wauquiez. Pour Véronique Leclercq, cette élection est forte en paradoxes.

Karine Lucas, treizième sur la liste Métropole de Laurent Wauquiez vient d’être élue conseillère régionale. Saluons l’exploit, Couzon à la particularité d’avoir une élue bi.

Bi car étiquetée, et sans étiquette à la fois. Oui, Karine est flexible, souple dans son positionnement politique.

karine-lucas

Apolitique en 2014, au centre-droit en 2015, finalement colistière de la droite dure. Un peu flou, le positionnement politique de Karine Lucas, non ?

Souple, mais aussi étanche. Pourquoi ce qualificatif, me direz-vous ? Eh bien il en faut, du courage, pour être modérée, centriste (si, si je vous l’assure) et rester imperméable aux idées, aux préceptes, aux valeurs défendues par son chef de file régional. Pour fermer les yeux sur ses colistiers, pour certains du Parti Chrétien Démocrate (anciennement présidé par Christine Boutin), pour d’autres représentants de Sens Commun et responsable de la Manif pour tous Lyon.

Adjointe au maire sans étiquette, conseillère régionale LR/UDI, pourrions-nous appeler cette situation de l’opportunisme ? Karine Lucas n’est pas à un paradoxe près. En effet, lors de la campagne des municipales 2014, elle nous avait bien prévenus (comme le reste de ses colistiers Trajectoire) qu’elle n’était pas une femme de parti. Enfin si, sauf le sien.

Si nous nous penchons un peu plus en détail sur les résultats, il convient de constater que la liste Wauquiez, pourtant soutenue avec force par Patrick Véron, en sa qualité de maire, a été battue à Couzon par la liste Queyranne. Quels enseignements pouvons-nous en tirer ?

Personne ne dit aux Couzonnais pour qui il faut voter. Ce courrier que les citoyens de notre village ont eu dans leur boîte aux lettres, a été totalement contre-productif. La liste LR/UDI gagne 122 voix par rapport au premier tour, alors que la liste Queyranne double son score. J’ai aussi envie de croire que c’est un message adressé à notre maire et à une partie de son équipe majoritaire pour la manière dont ils gèrent la commune depuis avril 2014.

Autre paradoxe, grâce au jeu complexe de répartition des sièges, Karine Lucas réussit le tour de force de non seulement perdre à Couzon, mais que sa liste perde également au niveau de la Métropole. Et pourtant, nous la retrouvons aujourd’hui avec un nouveau job pour 6 ans.

Karine Lucas abat des murs. Tiens, à ce propos va-t-elle s’occuper elle-même du chantier de la démolition du futur-ex restaurant scolaire ?

A propos de l'auteur de cet article

Véronique est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Elle est également élue au conseil municipal de Couzon, issue de la liste J'Aime Couzon. Elle est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.