Route du Tignot : laissez passer les vélos !

Le 11 mai passé, nous apprenions sur le site web de la mairie de Couzon que la circulation sur le haut de la route du Tignot a définitivement été interdite à tous les véhicules par un arrêté, en raison de dépôts sauvages récurrents de déchets.

En dépit de l’interdiction de circuler mise en place, le communiqué de la commune regrette la répétition de ces dépôts et envisage l’installation de barrières spécifiques  pour empêcher le passage des véhicules (sauf pour certaines exceptions).

La route du Tignot : un itinéraire bucolique transformé en impasse

La route du Tignot est désormais interdite aux véhicules.

Démarrant au petit rond-point de la rue Rochon, la première partie de cette route dessert le quartier résidentiel du Tignot, avant de s’élever progressivement dans une zone de plus en plus boisée passé le premier virage. Après les dernières habitations, la seconde partie de la route s’élève dans la forêt en serpentant pour rejoindre la route du Génie en direction du Mont Thou (au-dessus du Titan / Xyphos Discothèque).

A partir des dernières maisons, la route est peu empruntée par les véhicules à moteur, notamment en raison d’un revêtement très dégradé comparé à la route de Poleymieux, à l’itinéraire plus long mais largement fréquentée.

Pour les promeneurs et cyclistes, c’est donc un endroit tout trouvé pour accéder en toute sécurité aux contreforts du Mont Thou. Le cheminement en sous-bois ombragé est très paisible et représente un itinéraire cycliste peu connu, véritable raccourci pour monter en direction du Mont Thou. Rien ne viendrait troubler ce petit paradis giboyeux, si ce n’est que depuis plusieurs années de nombreux déchets de toute nature sont régulièrement déversés en bordure du chemin.

.

Les déchets couzonnais

La question des dépôts sauvages de déchets défraie régulièrement l’actualité à Couzon, et ce jusqu’au centre du village. Preuve en est, les silos de tri qui débordent périodiquement et génèrent de temps à autre un amoncellement d’emballages inconvenants et inesthétiques. Au centre du village, comme à sa périphérie, même l’onéreuse vidéosurveillance couzonnaise semble à la peine pour dissuader les auteurs de tels agissements.

Une infraction pénalement réprimée

L’abandon de déchets est pourtant une infraction au Code Pénal et au Code de l’Environnement pouvant être lourdement sanctionnée par une amende pouvant atteindre 1500 € pour les particuliers.  Pour les entreprises, les sanctions encoures sont beaucoup plus graves : jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, voire davantage en cas de « bande organisée ».

Flagrant délit ! Un automobiliste raccroche sa remorque après avoir déposé des déchets de taille au bord de la route du Tignot.

Interdiction route du Tignot : et la circulation des vélos ?

L’arrêté communautaire du Tignot interdit la circulation à TOUT véhicule, et par conséquent ne semble pas avoir concilié les différents usages : comme souvent, c’est dans les détails que tout se joue. En l’absence d’autres solutions, s’il peut être  compréhensible d’interdire les véhicules susceptibles de déposer des déchets, les autres véhicules devraient pouvoir continuer d’emprunter librement cette voie.

Or les vélos ne sont pas en mesure de déposer des gravats ou des déchets. Il nous aurait paru opportun que l’arrêté en question n’interdise donc que les véhicules à moteur et que les barrières à mettre en place permettent un passage raisonnable pour les vélos, chevaux, poussettes, personnes à mobilité réduite, etc.

Pour le maintien d’une circulation cycliste, en phase avec les engagements de la Métropole…

La présence d’un passage aménagé éviterait par ailleurs une dégradation des abords, comme on le constate souvent lorsque la barrière constitue une entrave trop importante, y compris pour les piétons. De tels aménagements existent, par exemple sur les chemins de halage en bords de Saône, et ne semblent pas représenter une quelconque difficulté. Rappelons qu’en 2016, la Métropole a voté un nouveau plan d’action pour les mobilités actives (Pama) prévoyant d’étendre le développement du double sens cyclable. Il serait donc regrettable que la limitation de circulation de la route du Tignot aille à l’encontre de cet engagement.

Un aménagement prévu pour laisser passer les piétons et vélos, en bords de Saône.

La réponse du Syndicat Mixte

Il n’est pas trop tard pour que la commune prenne en compte l’usage cycliste sur la rue du Tignot.

Après avoir sollicité la Métropole pour qu’elle intègre cette particularité au niveau des barrières, c’est le syndicat mixte Plaine et Mont d’Or qui nous a promptement répondu. Cédric Janvier, le directeur du Syndicat Mixte, a bien voulu répondre à notre interrogation. Voici son message.

Pour les barrières en place : il est prévu dans le cadre de la mise en place du PDMIPR, de réaliser les aménagements nécessaires sur les chicanes et barrières afin de permettre un passage plus aisé des pratiquants, à l’exclusion des quads et motos. Le recensement des aménagements et le choix du type d’aménagement est en cours.

Pour les barrières au Tignot : en lien avec la Métropole de Lyon et la commune il a été décidé d’interdire la circulation moteur sur cette route, en effet nous passions trop de temps à nettoyer les dépôts sauvages. C’est le syndicat qui va, dans le cadre de ses missions « d’intérêt général et intercommunale », positionner les barrières. Nous allons bien entendu laisser un passage aux piétons/vtt/équestre. Nous allons voir avec Monsieur Dardet élu de Couzon, dans quelle mesure l’arrêté prend en compte les vtt et les équestres, vu qu’ils sont considérés comme véhicules. Si besoin, nous trouverons la solution pour l’amender ou le modifier.

Souhaitons donc à la route du Tignot de devenir un bel itinéraire non motorisé pour les amoureux du Mont d’Or !

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 20 articles sur VivreCouzon.org

Luc est un passionné du patrimoine des Monts d'Or ou plus exactement du Mont d'Or. Il vient régulièrement partager cette passion avec les lecteurs de VivreCouzon.org. Vous pouvez également retrouver son livre "Mont d'Or Lyonnais, petit et grand patrimoine"