Le Club des 5, c'est ainsi que se sont baptisés les 5 élus au conseil municipal de Couzon issus de la liste "J'aime Couzon".

Alors l'expression reste.

Et, comme ils ne bénéficient pas d'un espace d'expression sur les supports municipaux, nous leur laissons leur juste place ici, sur VivreCouzon.org.

Cet article ainsi que tous ceux de cette rubrique sont donc la tribune libre mise à disposition des élus du "Club des 5" par Vivre Couzon.


Arythmie scolaire


Billet d’humeur – Par Véronique Leclercq

Les communes doivent porter une grande partie de la charge de la réforme.

Les communes doivent porter une grande partie de la charge de la réforme.

La réforme des rythmes scolaires partait de bonnes intentions : inculquer les savoirs fondamentaux à une heure où les enfants sont les plus concentrés avec une semaine de quatre jours et demi d’enseignement, le tout réparti sur 24h et alléger la journée de l’enfant. A ce niveau là, je me pose déjà des questions :

– Considérant la journée, comment peut-on parler d’allègement lorsque les enfants vont faire seulement 45mn (voir une heure) en moins ?

– Considérant la semaine, comment peut-on parler d’allègement lorsque les enfants se lèveront une matinée de plus ?

Rythmes scolaires ? Erreurs scolaires ! Cette réforme en l’état, bouleverse les enfants, les associations, les parents, les communes, avec pour ces derniers, une incidence importante sur leurs budgets.

Loi Peillon, décret Hamon, premier comité de pilotage débutant en 2010 sous l’égide de Luc Chatel…L’école est bien l’affaire de tous, mais 4 ans plus tard, la montagne politique a accouché d’une souris. Tout ça pour ça.

Véronique Leclercq

A propos de l'auteur de cet article

Véronique est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Elle est également élue au conseil municipal de Couzon, issue de la liste J'Aime Couzon. Elle est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.

Arythmie scolaire

Billet d’humeur – Par Véronique Leclercq

Les communes doivent porter une grande partie de la charge de la réforme.

Les communes doivent porter une grande partie de la charge de la réforme.

La réforme des rythmes scolaires partait de bonnes intentions : inculquer les savoirs fondamentaux à une heure où les enfants sont les plus concentrés avec une semaine de quatre jours et demi d’enseignement, le tout réparti sur 24h et alléger la journée de l’enfant. A ce niveau là, je me pose déjà des questions :

– Considérant la journée, comment peut-on parler d’allègement lorsque les enfants vont faire seulement 45mn (voir une heure) en moins ?

– Considérant la semaine, comment peut-on parler d’allègement lorsque les enfants se lèveront une matinée de plus ?

Rythmes scolaires ? Erreurs scolaires ! Cette réforme en l’état, bouleverse les enfants, les associations, les parents, les communes, avec pour ces derniers, une incidence importante sur leurs budgets.

Loi Peillon, décret Hamon, premier comité de pilotage débutant en 2010 sous l’égide de Luc Chatel…L’école est bien l’affaire de tous, mais 4 ans plus tard, la montagne politique a accouché d’une souris. Tout ça pour ça.

Véronique Leclercq
Mot Clefs de cet article :

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 16 articles sur VivreCouzon.org

Véronique est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon. Elle est également élue au conseil municipal de Couzon, issue de la liste J'Aime Couzon. Elle est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.