Sathonay-Trévoux : Bus à Haut Niveau de Service

Lire l’article précédent en cliquant ici

Comme nous l’avons vu précédemment, le projet de Tram-train entre Sathonay et Trévoux pourrait être remplacé par un autre projet que les spécialistes, authentiques ou autoproclamés, s’acharnent à appeler « BHNS ».

BHNS veut dire, en bon français « Bus à Haut Niveau de Service ».

Si en lisant cette belle expression vous imaginez faire votre trajet quotidien dans un autocar de luxe, avec hôtesses et stewards vous servant boissons chaudes, fraiches et collation, autant le dire tout de suite, vous allez déchanter un peu.

Bus à Haut Niveau de Service : aucune définition(1) !

Un bus du TVM

Dans la réalité cette terminologie est purement marketing, une manière de mieux faire passer la chose. Il n’existe aucune définition technique répondant à Bus à Haut Niveau de Service.

Pourtant, je vous assure, cela existe.

Et depuis longtemps.

Peut être certains d’entre vous ont, comme moi, emprunté le « Trans Val de Marme », gentiment surnommé le « TVM ». Et bien cette ligne créée au début des années 90 est ce que l’on appelle un BHNS. Il a même été l’un des tous premiers en France, permettant de rejoindre Rungis et les universités de Créteil depuis Antony, au sud de Paris en un temps record.

Partout dans le monde

Il en existe également dans d’autres villes françaises : Lille, Metz…

Et surtout, on en trouve ailleurs dans le monde, notamment aux Etats Unis où on les appelle « BRT », Bus Rapid Transit, que l’on peut traduire par « transport rapide par bus ».

A part les USA, les autres grands champions de ces lignes sont les brésiliens qui les ont développées largement avec les évènements sportifs internationaux qui s’y sont déroulés (coupe du monde de foot, jeux olympiques).

A Lyon on connait déjà les BHNS « à la lyonnaise »

Trolleybus de la ligne C3 roulant en site propre à Vaulx en Velin

L’ensemble des lignes du tramway lyonnais est bâti sur le principe des Transports à Haut Niveau de Service.

Et concernant les bus et les trolleys, certaines des lignes dites « structurantes », les lignes dont le numéro débute par la lettre C fonctionnent sur le principe des Bus à Haut Niveau de Service.

Avec ces deux exemples vous voyez à quoi cela ressemble, cette innovation ?

Ça mange quoi en hiver (2) ?

Malgré l’absence de réelle définition, on peut tirer des exemples existants une idée assez précise de ce qu’est un BHNS.

  • une fréquence élevée, notamment aux heures de pointe ;
  • une circulation, au moins partiellement, en site propre et lors des passages dans le trafic routier, une priorité aux feux tricolore ;
  • des véhicules de grande capacité et accessibles aux personnes à mobilité réduite
  • des stations équipées d’affichages informatifs actualisés en temps réel.

Le BHNS Sathonay-Trévoux

Au vu de ces éléments et des déclarations de certains élus de l’Ain à la presse, on peut commencer à imaginer ce que pourrait être le Bus à Haut Niveau de Service sur la rive gauche de la Saône.

L’objectif serait en effet de rester sur le tracé initial de la ligne ferroviaire et de l’utiliser pour faire circuler notre ligne de bus.

Tracé de la ligne ferroviaire Sathonay-Trévoux

L’emprise actuelle de la voie ferrée, ou ce qui l’en reste par endroit, serait donc aménagé pour permettre la circulation des bus.

On imagine volontiers le plaisir de circuler à nouveau sur les viaducs de Rochetaillée et de Fontaines. Vous vous souvenez sûrement de la vue, si vous avez pris la Galoche avant 1938, année d’arrêt du transport de voyageurs.

On peut aisément imaginer que l’abandon du tram-train pour un bus représente une diminution énorme du coût, même en faisant circuler notre bus en site propre sur tout son trajet, condition sine qua non de son intérêt.

Alors projet réaliste ?

Réalisable ?

Ou nouvelle version d’un serpent de mer, d’un hochet ou d’une chimère électoralistes(2) ?

Affaire à suivre en tout cas !

Lire l’article précédent en cliquant ici

Retrouvez nos autres articles sur le sujet en cliquant ici.

(1) Selon le CERTU, Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques qui préfère utiliser le terme « BRT » pour de nombreux modes de transport

(2) petit clin d’œil à certains québécois qui utilisent cette belle expression pour demander ce que c’est.

(3) lire notre article précédent sur le sujet

Mot Clefs de cet article : , , , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

Pierre Deleuze
est l'auteur de 72 articles sur VivreCouzon.org

Pierre est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon dont il est membre du conseil d'administration. Il fait en outre partie du comité de rédaction de VivreCouzon.org.