Synergie : les petits maires se rebiffent

Le 22 octobre, Synergie était en tournée à Albigny. Synergie, ce n’est pas un groupe de rock, c’est un groupe politique du conseil de la métropole, le groupe de ceux qui n’aiment pas trop qu’on les appelle les « petits maires » du Val de Saône, Mont d’Or et nord-ouest lyonnais. Ces maires sont notoirement de centre-droit, mais n’aiment pas trop non plus qu’on les catalogue, et refusent les avances des partis (le maire de Couzon mis à part), préférant se poser en représentants parfaitement neutres de leurs administrés.

Débat

Ce jeudi, les maires et conseillers communautaires du Grand Lyon avaient choisi d’appâter le citoyen avec l’intitulé suivant : « La Métropole : atouts et conséquences pour les communes, apports pour les citoyens ». Enfin, un espace de débat à propos de la Métropole ! Comme à Vivre Couzon, nous aimons bien le débat, nous y sommes allés.

SynergieC’était Marc Grivel, maire de Saint-Cyr, qui tenait le crachoir. Après une présentation assez précise et documentée de la Métropole et de ses enjeux, on a vite fini par comprendre la motivation de nos hôtes. Cette envie soudaine de débattre avec les citoyens était en fait motivée par le besoin de recueillir un maximum de soutiens pour défendre l’influence des maires dans la nouvelle organisation du Grand Lyon.

Partis

En effet, à partir de 2020, les maires en tant que tels n’auront plus qu’un rôle consultatif dans le conseil de la Métropole. Ils seront remplacés par des conseillers communautaires élus au scrutin de liste. Leur angoisse : que « les partis », leurs épouvantails préférés, se rendent maîtres du jeu dans les Monts d’Or, et raflent toutes les places de conseillers.

« Le maire a la légitimité démocratique, estime Marc Grivel. Tout le monde peut venir lui parler. Dans notre zone, il y aura 14 places de conseillers communautaires pour 25 communes. Certaines communes ne seront donc pas représentées. Votre conseiller de la métropole ne sera peut-être même pas un conseiller municipal, peut-être même que ce sera un membre de l’opposition ».

Boutiques

Cette vision d’horreur dépeinte par Marc Grivel, c’est simplement le scrutin proportionnel, une organisation qui assure la représentation de toutes les tendances politiques dans une assemblée. Certes, dans notre démocratie, les partis agissent trop souvent comme des boutiques électorales. Mais ils représentent malgré tout encore un peu des familles de pensée. Dois-je me sentir mieux représenté par le maire géographiquement plus proche de moi, ou par un parti idéologiquement moins éloigné ? Le débat est ouvert.

En tout cas, à entendre les réactions plutôt contrastées de la salle, on n’a pas eu l’impression que les habitants de nos communes se rangeaient comme un seul homme derrière leurs petits maires chéris pour se sentir bien représentés.

Mot Clefs de cet article : , ,

A propos de l'auteur de cet article

Nicolas Gauthy
est l'auteur de 58 articles sur VivreCouzon.org

Nicolas est l'un des membres fondateurs de Vivre Couzon dont il est actuellement Président. Il est également l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org