Un coup de canif dans l’Intercommunalité

Pendant toute la campagne électorale municipale, on nous a rebattu les oreilles avec l’Intercommunalité. Celle-ci devait être l’un des remèdes pour permettre à nos communes de digérer les baisses de crédits alloués par l’état. Lors d’une réunion pré électorale, nos futurs élus ont même émis l’idée de mutualiser certains équipements sportifs afin de partager les coûts sur plusieurs communes.

Dans un tract avant le deuxième tour, la liste du futur maire exprimait l’importance de cette intercommunalité. Je cite  » L’Intercommunalité sera également un axe clé du mandat à venir « .

Six mois plus tard, cette Intercommunalité que tout le monde appelait de ses voeux vient de prendre son premier coup de canif. Au nom des économies budgétaires que l’on veut faire, dans la nouvelle charte mise en place par la municipalité couzonnaise avec les associations, il est stipulé que, dorénavant, Couzon ne verserait des subventions qu’aux enfants habitant le village. Exit les enfants de Saint-Romain et des autres communes environnantes. Pour l’instant, la mairie de Saint-Romain n’est pas encline, elle non plus, à payer pour ses enfants bénéficiant des associations couzonnaises. Est ce que Couzon est prêt à payer pour des enfants utilisant les infrastructures des autres communes. J’en doute ! ! !

On verra au prochain budget à combien se chiffre cette économie réalisée sur le dos des associations. La différence ne va pas être énorme. D’ailleurs, est ce qu’on a véritablement chiffré cette économie municipale ?

On est loin de l’Intercommunalité préconisée par tous. On fait une différence entre deux enfants habitant à 2 kms l’un de l’autre tout cela parce qu’un panneau signalétique marque une limite entre deux villages. L’idée de mutualiser certains équipements sportifs est morte avant même qu’on ait pu en parler. Comment voulez-vous qu’on puisse construire une piscine intercommunale alors qu’on est même pas capable de payer 16 euros pour le gamin d’à-côté.

J’ai bien peur qu’avec les restrictions budgétaires, notre Intercommunalité régresse au lieu de s’épanouir comme on nous l’avait annoncé. Malheureusement, les campagnes électorales sont toujours truffées de ces textes et annonces utopiques pour récupérer quelques voix. Mais au prix de quels renoncements ou de reniements de la part de ceux qui les formulent.

Mot Clefs de cet article : , , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 66 articles sur VivreCouzon.org

Michel, bien connu à Couzon, est membre fondateur de l'association Vivre Couzon dont il est également membre du conseil d'administration. Il est en outre l'un des piliers du comité de rédaction de VivreCouzon.org.