Vers une démocratie participative ?

Face au désengagement du citoyen, à la méfiance grandissante envers les élus et au questionnement sur la place de la démocratie dans nos institutions, à l’approche des échéances municipales pour lesquelles les appétits commencent à s’aiguiser, ne serait-il pas temps, en préalable à toute démarche électorale, de débattre sur quel mode de gouvernance pourrait renforcer un réel engagement citoyen dans notre cadre communal ?

CONSTAT

A chaque élection municipale, quelques initiateurs tentent de « fédérer » des candidats pour dresser une liste autour d’un ou plusieurs noms, au sein de réseaux, d’un programme plutôt « attrape tout » rédigé autour d’attentes évoquées lors de débats ou réunions informelles… Cette juxtaposition d’individus sans vraiment de ligne conductrice – et surtout pas de vision « politique » ; il parait que c’est un vilain mot – se retrouve dans un processus perpétuel depuis des décennies, révélant souvent des ambitions personnelles déclarées ou à venir, un fonctionnement clanique, opaque et hermétique voire autoritaire du conseil municipal… aboutissant invariablement à des scissions plus ou moins violentes en cours ou fin de mandat, même si une grande partie des acteurs peuvent s’engager au départ avec de nobles intentions.

Au-delà du découragement massif menant entre autres à l’abstention dans la plupart des scrutins, ce déroulement – que nous connaissons trop bien à Couzon – est favorisé par un mode de gouvernance pyramidale induit par les institutions avec une hiérarchie rigide et cloisonnée, laissant la voie libre à toute recherche du pouvoir, à des rapports de force en forme de soumission et dès lors une polarité « pour » ou « contre » exacerbée désormais avec la présence d’une « opposition ».

Cet accaparement du pouvoir ne laisse aucune place à la participation citoyenne d’où une perte de confiance en l’action politique et la dégradation générale des principes de la démocratie.

Ce ne doit pas être une fatalité ; la volonté et participation de chacun  peut y remédier.

VERS DE NOUVELLES PRATIQUES

Dans de nombreux domaines, la recherche d’une Gouvernance Partagée fait débat et voit éclore des thématiques et initiatives intéressantes :

  • La Sociocratie (1993) basée sur l’auto-organisation, la coresponsabilité et le pouvoir de l’intelligence collective dans la réussite
  • L’holacratie (2001) basée sur la dissémination des mécanismes de prise de décision structurés en cercles auto-organisés en vue d’intégrer les compétences de chacun dans une ambition commune
  • La recherche de direction collégiale dans le monde associatif, les sociétés coopératives…
  • Des formations, mouvements, études et recherches : http://www.universite-du-nous.org/; Actualités Archives –

Quelques points essentiels d’une gouvernance partagée :

  • En préalable, une volonté profonde de redistribuer le même pouvoir à tous les membres  mais également la même responsabilité
  • Une coresponsabilité même si décisions individuelles, chacun dans son rôle pour un « faire » ensemble donnant une raison d’être au service de la société
  • Un cadre rigoureux construit « ensemble » qui ne contraint pas mais au contraire libère
  • Un ensemble de plusieurs entités articulées développant un « nous » fort, des individus souverains, des rôles clairs et délimités…

A l’inverse d’une organisation pyramidale, une Gouvernance partagée transforme le pouvoir « sur » par le pouvoir « de » et cette transformation personnelle sous-tend une transformation sociétale. Rappelons que l’élu est nommé dans le but d’œuvrer pour le bien commun et que les nécessaires visions à long terme de la gestion communale dépassent les temps de mandat.

Un cas concret au niveau communal : SAILLANS (Drôme – 1250 habitants) – lors de la dernière campagne de 2014 le projet collégial et participatif « Autrement pour Saillans, tous ensemble » a été choisi par les électeurs. Après presqu’un mandat complet, l’entreprise s’avère plutôt une belle réussite.

Dans les grandes lignes, la gouvernance communale est basée sur les 3 piliers que sont La collégialité – la transparence – la participation :

  • Au départ une charte citoyenne très synthétique et claire (3 pages) résumant les engagements, modalités et conditions de la participation et des instances
  • Une information complète et permanente en temps réel des citoyens
  • Un organigramme présentant le fonctionnement général :
    • Le cheminement de la participation citoyenne : Commissions – Groupe Action-projet – Exécution.
    • A différents niveaux : en intégrant une commission ouverte à tous, en travaillant dans un groupe Action-Projet plus restreint sur un dossier précis, en s’inscrivant comme animateur, en devenant membre du conseil des sages, avec des actions ponctuelles et bénévoles…ils sont impliqués dans toutes les décisions à tous les échelons.
    • Un observatoire de la participation (conseil des sages de 12 membres)  veille à l’animation et la mise en pratique de la démocratie participative et notamment le pouvoir d’agir des habitants tout en garantissant le non-accaparement du pouvoir par quiconque. Il est régit par un règlement intérieur.
    • Au niveau des élus :
      • une répartition des compétences et des indemnités de fonction entre tous les élus référents.
      • un travail en binôme, avec un binôme de tête (maire et 1ère adjoint) et un binôme par compétence. Les élus ne sont pas forcément « sachant » mais volontaires et épaulés, ce qui rend la fonction plus facilement accessible ; ils participent ou animent les différentes commissions
      • un Comité de Pilotage ouvert au public : instance principale de travail et de décision à laquelle participent tous les élus
      • des outils informatiques collaboratifs
    • Référendum local pour les grandes décisions ou réunions et débats publics sur certains sujets

Dans ce canevas, les  citoyens reviennent au centre des idées et projets à développer à plus ou moins long terme ; les élus – également citoyens – les portent et les rendent réalisables tout en recourant s’ils le souhaitent à des expertises extérieures.

(Pour prolonger http://www.mairiedesaillans26.fr/menu-principal/projet-communal/presentation-de-la-gouvernance-collegiale-et-participative/)

Mot Clefs de cet article : , , , , ,

A propos de l'auteur de cet article

Avatar
est l'auteur de 15 articles sur VivreCouzon.org

Bertrand est l'un des membres fondateurs de l'association Vivre Couzon dont il est actuellement trésorier-adjoint. Il est en outre membre du Comité de Rédaction de VivreCouzon.org.