Zéro pesticide à Couzon !

Depuis début septembre et jusqu’au 30, la municipalité présente une exposition nomade « Zéro pesticide ». Actuellement en mairie, elle informe sur les enjeux sanitaires et environnementaux des pesticides.

Une loi à appliquer

Depuis le 1er janvier 2017, notre commune, comme tous  les collectivités locales ainsi que l’Etat, doivent appliquer la loi Labbé du 6 février 2014, dite loi de transition énergétique pour la croissance verte. En son article 68, elle fixe l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics : les collectivités territoriales, les établissements publics et l’Etat ne peuvent plus utiliser ou faire utiliser de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, des forêts, des promenades accessibles au public et relevant de leur domaine public ou privé.

Cette loi marque une avancée importante dans la protection de la biodiversité et de la santé des populations.

Une charte signée

Dans le cadre de cette loi, le 6 mars 2018, nos élus ont signé la charte régionale d’entretien des espaces publics « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages ».

Par cette charte, notre commune répond à trois objectifs :

  • Etre accompagnée pour changer les pratiques dans l’entretien des espaces publics.
  • Proposer un outil pour atteindre les objectifs du plan Ecophyto.
  • Harmoniser et valoriser les actions menées.

 

Couzon au Mont-d’Or s’engage donc à réduire son utilisation des pesticides. La charte régionale d’entretien des espaces publics pose 3 niveaux de progression :

Niveau 1 : réaliser un plan de désherbage communal (PDC). Formation du personnel communal concerné à l’utilisation de méthodes alternatives, communiquer auprès de la population.

Niveau 2 : supprimer les herbicides dans les zones à risque élevé pour la pollution des eaux et la santé publique. Éliminer les autres pesticides sur l’ensemble des zones.

Niveau 3 : atteindre le « zéro pesticide » sur tous les espaces publics.

Sans pesticide, la végétation spontanée est présente : de nouvelles méthodes s’imposent aux services espaces verts pour assurer leur mission. La commune a donc établi un plan de gestion différenciée pour définir des objectifs d’entretien différents selon les rues et les secteurs de la commune :

  • Entretien et désherbage soigné dans le centre du village et partout où la sécurité l’impose.
  • Entretien et désherbage raisonné dans la plupart des rues.
  • Entretien contrôlé sur végétation spontanée acceptée dans les espaces moins fréquentés.
  • Entretien minimal mais garantissant la sécurité sur sites naturels, réservoirs de biodiversité locale

L’exposition Zéro pesticide vise à communiquer sur cette réglementation pour qu’elle soit mieux comprise de tous.

Elle se fait aussi excellente ambassadrice auprès des particuliers qui, également en application de la loi sur la transition énergétique, auront interdiction d’utiliser des pesticides à partir du 1er janvier 2019.

Depuis le 1er janvier 2017, la vente aux particuliers de pesticides chimiques de synthèse est interdite en libre-service.

Changer les mentalités

Moins de pesticides dans l’espace public, c’est savoir apprécier une fleur le long d’un mur ou une herbe sauvage au bord d’un trottoir, c’est considérer que des herbes folles sur la voie publique ne sont pas dues à un manque d’entretien, mais une reconquête consciente de la végétation spontanée. La municipalité contribue à un enjeu de santé publique et participe à l’embellissement de notre cadre de vie. Ainsi dans l’emblématique rue Philibert-Gaillard ou au chevet de nos défunts dans le cimetière.

Dans la même veine, depuis deux ans, la Métropole de Lyon a lancé une vaste campagne de communication pour faire changer les regards sur cette végétation spontanée en ville. Avec humour, le slogan est « Quand la végétation va bien, c’est que la vie revient ! »

Ces pesticides à bannir de nos jardins

Si vous avez encore chez vous des herbicides, insecticides, fongicides ou engrais chimiques, il est temps de les déposer dans l’un des déchetteries de la Métropole de Lyon, habilitées à recevoir ces produits.

Etape suivante…

L’objectif du zéro-pesticide dans nos villes et villages est une réelle avancée pour la protection de l’environnement, mais aussi pour la santé des professionnels des espaces verts comme des citoyens.

Mais les espaces ainsi protégés ne représentent que 10 % des surfaces non agricoles. Et la France reste l’un des plus gros consommateurs au monde de produits phytosanitaires.

Ce triste record fait que tout habitant de la France garde dans son corps quelques traces de ces pesticides…

De ce constat est né un appel citoyen pour l’interdiction des pesticides « Nous voulons des coquelicots », lancé ce mercredi 12 septembre par Fabrice Nicolino et une centaine de personnalités, scientifiques, artistes, militants… etc. Ils demandent l’interdiction des pesticides de synthèse : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

Faire renoncer à l’agriculture conventionnelle et ne plus utiliser de produits chimiques est ambitieux et ne sera pas moins productif, bien au contraire !.

Certains qualifieront cet appel à la résistance pour l’interdiction de tous les pesticides comme des rétrogrades ou des rêveurs irresponsables… Certes les arguments pour ne rien changer sont faciles… Mais des alternatives existent pour une agriculture plus responsable.

Réjouissons-nous que notre commune n’utilise plus de pesticides et guettons les coquelicots le long de nos murs et trottoirs…

 

Pour aller plus loin :

FREDON Auvergne, organisme de référence sur le thème du végétal dans son environnement, a réalisé 5 vidéos pédagogiques et humoristiques pour mieux comprendre les différents enjeux et changements dans l’objectif Zéro pesticide.

 

A propos de l'auteur de cet article

est l'auteur de 16 articles sur VivreCouzon.org

Il est membre de Vivre Couzon. Il participe largement dans les colonnes de VivreCouzon.org, au partage de ses intérêts pour le village et ses alentours. Pour lire tous les articles de Fabrice, cliquez ici.